Fabrice Rieu, vigneron des altitudes

0

Ici, les vendanges se font avec un mois et demi de décalage par rapport à la plaine. «Les nuits fraîches retardent la maturité des vins et font baisser le niveau de sucre. Les vins sont plus digestes avec en moyenne 2° d’alcool de moins que leurs homologues» assure Fabrice Rieu.

Fabrice et Alexandre Rieu de la maison Albera

Les effondrements granitiques permettent aux racines des vignes de se frayer un chemin en quête d’eau. Résultat : une gamme de vins de cépages en IGP Côtes Catalanes – chardonay, carignan, lledaner pelut, macabeu et vermentino- avec une diversité d’expressions minérales marquée par une acidité remarquable et surtout un bon rapport-qualité prix. «Ici on parvient à associer qualité et quantité. » explique le vigneron qui contrairement à d’autres coteaux escarpés parvient sur ces plateaux à se ménager des rendements élevés. Autant d’éléments qui expliquent que depuis quelques années bien des acteurs de la vigne se sont mis à la recherche de telles parcelles. Et pas des moindres…

De son côté, Fabrice Rieu poursuit son ascension. Il prévoit de planter des vignes au-delà de 1500 m du côté de Montlouis -non loin de Font-Romeu- avec son ami vigneron de Cosprons Bruno Servant qui ne craint pas les pentes et espère pouvoir les passer en IGP Côtes Catalanes. En cas de réussite et avec un peu d’imagination, ce scénario viticolo-montagnard  pourrait offrir de nouvelles perspectives aux stations de ski de basse altitude confrontées à des longs hivers sans neige…

 

Quelques sélections de cuvées de Vignes d’Altitude de la Maison Albera

1 2
Partager sur :

Les commentaires sont fermés.