Notre-Dame sauvée par le vin sous la Révolution ?

0

Elle revient de si loin notre cathédrale ! Ainsi, l’amour du vin des Parisiens l’a peut-être sauvée durant la Révolution du zèle destructeur des « enragés » qui n’auront finalement fait tomber que quelques vitraux ? Après avoir été privée de ses cloches, la Cathédrale est fermée au culte à l’automne 1793.

Entre novembre 1793 et l’été 1795, la nef devint lieu de stockage des tonneaux de vins réquisitionnés dans les caves et domaines des aristocrates émigrés. Rien d’étonnant, Notre-Dame était voisine du quai Saint-Bernard, le port parisien de réception des vins. Face à cet afflux de foudres, il n’y avait pas meilleur entrepôt.

A 22h50, l’incendie de Notre-Dame continuait à faire rougeoyer le ciel de Paris.

Les tonneaux réquisitionnés y étaient entreposés avant d’être réexpédiés en partie aux armées révolutionnaires luttant aux frontières contre les armées coalisées. On trouvera piquant de constater que les crus des aristocrates aient donné du cœur au ventre aux sans-culottes pour culbuter nos ennemis à Fleurus.

Mais, comme l’écrit Yves-Marie Bercé* dans son livre Les Secrets du Vin, Notre-Dame devint aussi durant cette période le lieu d’une loterie nationale dont les lots étaient ces fameux vins réquisitionnés. Des idées pour aujourd’hui ?

L’époque était aussi à la lutte contre les « accapareurs » qui affamaient et asséchaient les gosiers du peuple. Les lois dites du maximum votées pendant la Terreur fixaient les prix d’un certain nombre de produits. Et le vin comptait parmi les produits les plus contrôlés. On vit ainsi deux cabaretiers grimper sur l’échafaud pour avoir trafiqué leurs vins … Soit une mise en application trois siècles et demi plus tard – mais avec « l’humanité» de notre Guillotine – de la célèbre ballade de François Villon contre les « taverniers qui brouillent nostre vin

Yves-Marie Bercé : les Secrets du Vin
La Librairie Vuibert – 22,20€

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.