Café historique : la Closerie des Lilas

0

Bagarres en tout genre : Dadaïstes contre cubistes
Dans son ouvrage sur Les hauts lieux de la littérature à Paris, Jean-Paul Clébert nous relate qu’un soir de février 1925, une séance tumultueuse opposa les dadaïstes (Tzara, Breton, Soupault, Picabia, Raymond-Dessaignes) aux cubistes dissidents de la section d’or. « L’affrontement devint tel que le patron décida déteindre l’éclairage au gaz et de laisser les protagonistes s’expliquer dans l’ombre ».
L’auteur nous relate aussi une franche bagarre qui eut lieu en 1925 lors d’un banquet organisé par les Nouvelles littéraires en l’honneur du poète surréaliste Saint-Pol Roux. « Au moment d‘un triste colin à la sauce blanche, les insultes fusèrent et la bagarre devint générale. Soupault se pendit au lustre et balança des assiettes. Par provocation, Michel Leiris ouvrit la fenêtre et cria à la foule amassée : « A bas la France ». Lynché par les badauds d’abord puis par les flics ensuite, il se retrouva à l’hôpital. Rachilde accusa Marx Ernst de lui avoir donné un coup de pied dans le ventre…. ».

Autre figure emblématique de la Closerie des Lilas : Hemingway qui par ses témoignages nous livre le Paris des années 20. C’est d’ailleurs à la Closerie qu’Hemingway rencontre Scott Fitzgerald et John dos Passos.
“Je m’assis dans un coin, dans la lumière de l’après qui filtrait par-dessus mon épaule, et je me mis à noircir mon cahier. Le garçon m’apporta un café crème et j’en bus la moitié quand il fut un peu refroidi et laissai l’autre moitié dans la tasse pendant que j’écrivais. Puis je cessai d’écrire ; mais je me refusais à abandonner le fleuve où je pouvais voir nager une truite dans un trou, tandis que la surface de l’eau se gonflait doucement sous la poussée du courant contre les pilotis du pont.” “Paris : la ville la mieux faite pour permettre à un écrivain d’écrire.”
Paris est une fête. Ernest Hemingway.
Hemingway possède une plaque de cuivre sur le comptoir du célèbre bar américain.

Le café des ombres de Paul Fort

1 2 3
Partager sur :

Les commentaires sont fermés.