La Longue marche vers un champagne nature

0

Concernant l’érosion, depuis l’an 2000, 200 millions d’€ ont été investis dans l’aménagement du vignoble en chemins et autres bassins de décantation à flancs de coteaux.

Mais pour la biodiversité, c’est une autre paire de manches. Seuls 2 km de haies expérimentales chargées d’héberger les insectes prédateurs des ravageurs du vignoble ont été plantées en 2008. De même, l’enherbement ne représente que 8% des surfaces. « Une étude a prouvé qu’un tiers des sols le supportait sans problème, tandis qu’un autre tiers pas du tout du fait de la forte densité des ceps à l’hectare du fait de la concurrence avec la vigne. Surtout lors des dégustations à l’aveugle bien des vins provenant des surfaces enherbées ont été rejetées » poursuit le Monsieur Environnement du CIVC. Car il faut bien voir que compte tenu de la productivité qu’on attend du vignoble champenois- environ 14 tonnes de raisin à l’hectare- difficile de coller un concurrent comme l’herbe aux vignes.

champ-paysage-hiver

Sur le plan du recyclage, c’est 75 % de tous les éléments (verres, carton, papier métal) entrant dans la production du champagne qui est recyclé aujourd’hui. Objectif de 100 % en 2012 et 92 % des volumes d’effluents sont traités.

Dernier axe : le climat et les défis énergétiques. Sur ce point, l’objectif est de réduire les émissions de gaz carbonique de 25% d’ici 2020. D’où un panachage des solutions étudiées. Cela va de l’utilisation de la bio-masse du vignoble par les fabricants de verre (en clair, brûler les sarments pour les transformer en gaz) à la réduction du poids des bouteilles. Elles ont déjà commencé à perdre 65g en 2008 pour ne plus peser que 835 g. Multiplié par 330 millions de cols, cela fait une belle économie de poids. Et tout y passe, y compris les comparaisons en termes de désherbage uniquement thermique, « qui représenterait une consommation de pétrole en hausse de 80 % dans le vignoble… Et ce alors qu’une journée d’hélico permet de traiter 100 ha contre 3 pour une chenillard. » explique Arnaud Descotes. L’hélico n’est pas prêt de disparaître.

1 2
Share.

Comments are closed.