Metro lance une charte pour encourager l’origine France chez les restaurateurs indépendants

0

Metro déploie l’étendard France. En signant le 29 janvier une charte Origine France avec 10 fédérations des filières agricoles et alimentaires, le distributeur entend s’inscrire dans la logique déployée lors des Etats généraux de l’alimentation de 2017. Et faire face à une urgence, celle de défendre l’agriculture française. Le mot d’ordre «J’aime cuisiner Français..»  est destiné à ses clients restaurateurs indépendants afin qu’ils augmentent la part des produits bruts d’origine France.

Car c’est un paradoxe amer de constater qu’au pays de la gastronomie, une majorité de produits bruts cuisinés dans les bistrots et restaurants viennent de l’étranger… En août 2019, pour la première fois depuis 74 ans, la balance agricole de la France est devenue négative. 8 volailles sur 10 en restauration consommées hors-foyer viennent de l’étranger. Même chose une fois sur deux pour les légumes et 6 fois sur 10 pour les bovins.

Avec ses 98 sites, Metro souhaite défendre les filières locales et jouer la carte du durable notamment par la proximité entre producteurs et restaurateurs… Quid néanmoins de la biodiversité mise à mal parfois par des pratiques agricoles qui peinent à changer, en témoigne les commandes en hausse de plus 20% des produits «phytos» en 2018 ?

Pour sa part, la patronne de la FNSEA, Christine Lambert, espère voir des agriculteurs dans les entrepôts Metro aller à la rencontre des restaurateurs. Concernant la répartition de la valeur entre les acteurs des filières, elle entend également partir des coûts de production pour bâtir les prix. Citant un sondage, elle estime que 57% des consommateurs français seraient prêts à payer un peu plus cher -dans une limite de 10%- pour manger français.
Est-ce vraiment le sentiment des restaurateurs parisiens qui observent parfois qu’une augmentation, même légère, du prix du menu fait baisser la fréquentation ? Sans oublier qu’à Paris, les loyers élevés des gérances obligent les patrons à rechercher le prix le plus bas au détriment parfois de la qualité. De fait, entre bar de ligne breton ou bar d’élevage espagnol, le choix est vite opéré …

Didier Chenet, à la tête du GNI, assure qu’il n’est évidemment pas question de faire des contrôles chez ceux qui auront apposé l’autocollant «  J’aime cuisiner Français..». Il aura juste valeur d’incitation.

Les signataires de la Charte : la FNSEA, la Fédération Nationale Bovine, Légumes de France, la Confédération Française de l’Aviculture, la Fédération Nationale Porcine, les Jeunes Agriculteurs, la Fédération des Entreprises et Entrepreneurs de France, METRO France, le Groupement National des Indépendants, l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie et la Confédération Générale de l’Alimentation de Détail.

Trois question à Benoît Feytit, DG de Metro France

Hier au Michelin, aujourd’hui avec cette charte Origine France, il semble que vous déployez une communication sur tous les fronts pour faire valoir vos vertus ? 

Nous avons décidé de changer la donne en termes de communication parce que je crois qu’on a été trop longtemps discrets, voire même  complexés alors qu’on a aucune raison de l’être.

Metro France est le grossiste qui distribue le plus de produits frais ( marée, fruits et légumes…). Cela représente 60% de notre activité. Aucun autre compétiteur n’en vend autant 

Notre réflexion part du client. Les indépendants sont aussi “challengés” et doivent faire des efforts pour que leur restaurant passe au durable. De toute façon, les clients choisiront ces critères-là donc on souhaite anticiper et leur donner quelques conseils. 

Quid des plats préparés type bourguignons ? 

Metro France est le grossiste qui vend le moins de produits transformés. On en fait 600 tonnes. Sur notre chiffre d’affaires, c’est juste rien …

Le fait qu’en agriculture, les commandes de produits « phytos » aient augmenté de 20% en 2018, ne vient-il pas contredire ce souci du durable ? 

Je ne sais pas comment l’interpréter. J’ai cru comprendre que c’était un effet  de stockage. Ce qu’il faut voir, c’est que l’agriculture d’autres pays est moins réglementée et que les normes françaises sont plus restrictives que les normes européennes. Honnêtement, mieux vaut malgré tout manger des produits d’origine France que ceux d’autres origines. De plus, les HVE (Haute Valeur Environnementale) commencent à se généraliser.  

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.