Balzar

0

Malgré l’usure des ans Balzar demeure une institution du quartier Latin. La brasserie fut rachetée en 1931 par l’épouse du légendaire patron de la brasserie Lipp boulevard Saint-Germain, Marcelin Cazes. La « bougnate » voulait son affaire qu’elle fit relooker dans l’esprit Art Deco.

Et très vite sa choucroute lippienne trouva ses fidèles chez les “Sorbonnards” et autres profs du Collège de France. Plus tard, Balzar devient lieu de débat cinéphile à la sortie du cinéma Champo voisin. Ce qu’elle est encore parfois. Les touristes intellos yankees en firent un lieu de rendez-vous. Et les touristes chics nipponnes l’ont également épinglée dans leurs parcours d’un Paris culturel et nostalgique. Même si aujourd’hui, l’affaire demeure un peu engourdie, fréquentée par des anciens, à l’écart des turpitudes du temps…

 

 

 

Balzar a connu le sort du ballon de volley de bien des brasseries. Lorsqu’elle fut reprise par le groupe Flo à la fin des années 90, un bronca et une pétition furent lancés pour s’opposer à une mise en coupe. Depuis la déroute de Groupe Flo, elle a été reprise par Olivier Bertrand en avril 2017.

Sans être classée, la déco de miroirs de boiserie et de globes lumineux imprime à l’esprit chaleur et bien-être. Malgré la grande chaîne qui chapeaute Balzar, l’équipe est attentive et expérimentée. Le casting réussi. A commencer par le directeur, à l’aise comme un grand butler français n’oubliant pas de saluer aucun des habitués. Idem pour les garçons dont on sent le métier jsuqu’au bout des ongles.


La carte affiche quelques grands classiques du répertoire. Quelques belles écailles avec des recettes traditionnelles comme l’aile de raie façon grenobloise ( avec pain de mie et pommes de terre) ou de beaux morceaux de viande comme une côte de veau française à la crème de morilles et vin jaune…

 

 

En entrée si le pâté en croûte Richelieu maison ( 12,50€) et le foie gras ( 18,50€) se dégustent avec un entrain relatif, il en va autrement pour une assiette de déclinaison de saumon en tartare et cœur de saumon mi-fumé … Le foie de veau poêlé (26,50€) et pané à la farine ou la choucroute ( 25,50€) moins spectaculaire qu’ailleurs sont néanmoins réconfortants comme de vieux amis des bancs d’écoles. Les amateurs apprécieront le mille-feuille tendre et sensuel d’un pâtissier partenaire de la maison depuis longtemps.


Question vins, la première bouteille s’affiche à 32€ pour une « Premières Vendanges » d’Henry Marionnet.  Elle fera l’affaire avec l’andouillette 5A du Balzar.

Balzar

49 rue des Ecoles
75005 Paris
Tél : +33 (0)1 43 54 13 67
Ouvert 7J/7 de 8h30 à 23h00 (22h30 le dimanche).

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.

Les commentaires sont fermés.