Salon de l’Agriculture 2015 : Petit cru marqué par un soupçon de cupidité

0

En attendant, éleveurs et petits producteurs goûtent peu ce voisinage avec des géants du fast food et du hard discount. Surtout quand on leur impose 15% d’augmentation du prix des stands en un an. (comptez environ 400 €/m2). «Ils vont finir par tuer la poule aux œufs d’or» nous a confié une viticultrice bordelaise pleine d’amertume. Le bénéfice de l’opération est souvent proche de zéro. Le fait est qu’avec 691 000 visites, le Salon 2015 est tombé sous la barre des 700 000 visiteurs. On mettra ça sur le dos de Vigipirate ou de la suppression de la nocturne.

Cette inflation du prix des stands se retrouve sur le prix des menus dits régionaux servis au salon. De 20 à 40 €. Souvent plus chers et pas forcément meilleurs que dans des brasseries parisiennes. L’affluence aux restaurants de terroir semble d’ailleurs avoir été moins forte cette année, tant il est vrai que le billet d’entrée à 13€ commence à peser sur les budgets des familles.

salon_2015_allees

C’est sans doute un peu l’effet de la cupidité qui semble s’être emparée des équipes de Comexposium, gestionnaire du Salon. Ils savent depuis belle lurette que ce Salon de l’Agriculture est un peu particulier. D’une part, un amour d’un peuple pour sa terre qui explique encore son succès. D’autre part des fonds publics du ministère de l’Agriculture et des collectivités locales. Il demeure aussi facile de faire vibrer la corde du terroir que celle de la concurrence entre régions et départements. Surtout chez des élus avides plus que jamais de reconnaissance. D’où ces petites jalousies dans les allées du Hall des régions entre ceux qui devaient payer leurs stands -et donc le rentabiliser- et d’autres plus vernis parce que aidés par leur région ou leur département. Encore un effet du mille-feuille à la française toujours plus indigeste…

1 2
Partager sur :

Les commentaires sont fermés.