Lorette et les Garçons

0

Le terme « Bistro Parisien » a beau être apposé sur la devanture, Lorette et les Garçons évoque une gentille brasserie de quartier. De la carte plastifiée aux bords rouges déclinant un répertoire classique, aux banquettes et luminaires à boule, elle en affiche bien des codes.

L’affaire a été créée par un tandem d’associés, jeunes trentenaires à la tradition bistrotière chevillée à l’estomac. De quoi rassurer ceux pour qui « tout le fout camp ».

Visiblement, Vincent et Pierre sont parvenus en quelques semaines à créer un lieu consensuel qui réconcilie et mixe les clientèles : famille, petites bandes de copines, couples d’amoureux ou vieux amis en débat sur le rôle des journalistes et des médias… On s’y sent tellement chez soi qu’on peut même tomber sur un bonhomme assis au milieu de la salle déclamant presque au téléphone tout en faisant profiter les convives de la vacuité de sa vie professionnelle. Quasi comique !

Les assiettes honnêtes participent du bon rythme de l’endroit. Harengs pommes à l’huile ou soupe à l’oignon gratinée en entrées. L’onglet signé de la boucherie Chassineau ( 22€) ou le savoureux poulet jaune fermier jus à l’ail rose confit (17€) sont flanqués de frites maison craquantes à souhait. Mais la carte incite également à déguster un excellent bœuf bourguignon (20€).

Poulet jaune fermier, jus à l’ail rose confit

Gentille sélection de vins pas prétentieuse et conforme à l’esprit bachique d’une brasserie citoyenne : 5 cuvées en blanc dont un séduisant pouilly-fumé du domaine de Fontenille (33€). En rouge, un peu de languedoc, deux beaujolais dont un Brouilly 2016 signé Sylvie Dufaitre (24€) et un bonne excursion bordelaise des deux côtés de la Gironde avec notamment un haut-médoc 2014 château Doyac cru bourgeois (29€). Cru bourgeois sérieux mais pas austère et parfaitement capable de vous dérider rapidement.

Pain perdu de chez Lorette et les Garçons

Au dessert, à côté d’un plantureux pain perdu, une bonne idée retro qui fait remonter – sait-on pourquoi ?-  le souvenir de Mistinguette, avec ce petit bol de cerises à l’eau-de-vie de Nuit-Saint-Georges tout juste acides pour vous déglacer le palais et l’esprit. Bref, on dira pour paraphraser le regretté Michel Delpech que c’est encore bien chez Lorette !

Laurette et les Garçons

9 rue Saint-Lazare, 75009 Paris
Tél. 01 42 06 94 98
Fermé Dimanche et Lundi
Déjeuner à 12h30 et 13h30 Service du diner entre 19h30 et 22h30

 

Formule midi en semaine
Plat à 14 €
Ou formule E+P ou P+D = 18,5 €

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.