Faux avis, la fin des corbeaux numériques ?

0

« Ce restaurant « convivial » ou ce patron et son équipe « accueillante » ou alors…cette « ambiance horrible » de cet « établissement pas très propre »…qu’on déconseille absolument ! »
Ce genre de commentaires qui s’égrenne le long des sites dédiés aux restaurants devrait peut-être diminuer … Car la loi Pour une République numérique votée en octobre 2016 rentre en application au 1er janvier. Et en matière de restauration et d’hôtellerie, elle devrait bouleverser la pratique des faux avis. Un système opaque qui a prospéré sur le fait que 8 internautes sur 10 consulteraient des avis avant de faire un choix.

De quoi justifier pour certains le recours à des rédacteurs chargés de rédiger de faux avis. Cette économie numérique du mensonge a débouché sur un taux d’anomalies de 30 %.

Désormais, l’article L. 111-7-2 du Code de la consommation prévoit des obligations d’information pour les gestionnaires d’avis en ligne, notamment sur la transparence. Les avis sont-ils payants ou non, peut-on remonter à l’auteur de l’avis ? etc. D’une façon générale, elle oblige les plateformes spécialisées (La Fourchette, Tripadvisor, Booking) à la loyauté et la transparence face à ces avis. Elles vont donc devoir faire la police et se montrer plus exigeantes et pouvoir justifier de l’existence d’une procédure de contrôle. La vérité va-t-elle l’emporter ?

En savoir plus sur legifrance

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.