Jean-Claude Cassagne et le pub Saint-Germain

0

L’ère du Pub

“A côté du Relais Odéon, il y avait une librairie à vendre. Je l’ai rachetée pour créer le Pub saint-Germain. J’ai tout monté sans emprunts avec le produit de la vente du “Boul’Mich”.
J’avais repéré le concept de box à Philadelphie, et en même temps, j’adorais les pubs anglais. Mais aucun banquier ne m’a suivi quand j’ai voulu faire de la cuisine anglaise, type porridge et panse farcie. La cuisine anglaise… n’a marché qu’un an.
En revanche, on avait 100 whiskys différents et 500 bières dont 32 en pression.

Julien Clerc qui se produisait dans Hair, la comédie musicale emblématique de l’époque hippie. Il fut l’un des premiers clients assidus de la nuit. Ce qui ne fit pas peu pour faire connaître l’endroit. « Record battu une année avec 2200 hectolitres vendus en une année. Même avec 650 places, il y avait foule. J’ai dû mettre un maître d’hôtel devant pour calmer ceux qui faisaient la queue chaque soir. »

«Je voulais que l’affaire soit ouverte 24/24, un matin j’arrive vers 8h, la porte était fermée à clé car le gérant souhaitait faire le ménage, j’ai fait venir un serrurier pour faire enlever la serrure et garantir ainsi que l’affaire serait ouverte 24 heures sur 24.»

Aujourd’hui, Jean-Paul Cassagne est un dingue des livres de cuisine. Sa bibliothèque va recevoir son 7000 ème ouvrage. Grâce aux perles qu’il y déniche, ce fin palais conseille ses amis et ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure du bistro ? Mais une chose l’attriste, la main mise de plus en plus fréquente des fonds de pension sur les plus beaux emplacements et l’impossibilité qui en découle pour les jeunes de se lancer dans l’aventure.

1 2
Partager sur :

Les commentaires sont fermés.