Beaujonomie et Bien boire en Beaujolais

0

Le Beaujolais prépare son offensive de printemps. Et C’est à croire que les troupes beaujolaises se sont concertées pour préparer une offensive de printemps. D’une part, Interbeaujolais, l’armée régulière en quelque sorte,  a décidé de lancer une campagne autour du concept de “Beaujonomie”.

D’autre part, les franc-tireurs, des producteurs indépendants qui poursuivent leurs propres actions avec l’opération “Bien Boire en Beaujolais” destinée à accueillir des centaines de professionnels dans trois châteaux pour des dégustations et des débats sans parti-pris.

Les deux opérations se complètent bien. Surtout quand elles s’accompagnent de dégustations de cuvées qui montrent l’étendue de la palette du joyeux gamay et du séduisant chardonnay. Le tout dans une concorde beaujolaise  éloignée des querelles de clochers – crus contre “villages” et génériques, bios contre traditionnels…- que l’on a connu par le passé.

Beaujonomie

D’un côté, Interbeaujolais a décidé d’inscrire l’image du beaujolais dans un registre contemporain de la bistronomie avec une opération nommée Beaujonomie. Ca rime aussi avec bonhommie. Ce qui est aussi un trait majeur de ce jus de gamay qui ne se hausse pas du col mais sait dévoiler ses charmes secrets. « Les vins du beaujolais répondent le mieux à cette restauration tendance qui revisite le terroir et qui place le partage et la convivialité au centre du débat » explique en substance Dominique Piron, patron d’Interbeaujolais. «Nous voulons être les leaders de ces vins de convivialité sans oublier évidemment la gastronomie avec des classiques » . D’où, par exemple, un partenariat avec l’association JRE ( Jeunes Restaurateurs d’Europe) qui compte 345 restaurants dans 15 pays. A Paris, la Beaujonomie a commencé à prendre corps dans le bistrot table d’hôte d’Anthony Courteille  “Matière à“, où le chef travaille et commente ses plats devant une table unique de convives. Une table et une bouteille que l’on partage. Ouf ! la Beaujonomie ne devrait pas pour autant remplacer l’intuition des Bistrots Beaujolais qui fait du beaujolais l’allié indéfectible des comptoirs traditionnels.

Bien Boire en Beaujolais : 15 et 16 avril aux château de Pizay, des Ravatys et de Corcelles

Quelques vignerons venus présenter l’opération Bien Boire en Beaujolais à Paris

Au début, comme les résistants de la première heure, ce furent des francs-tireurs. Cette année, ce sera la 7ème édition de cette opération destinée aux professionnels ( cavistes, restaurateurs ), une opération de découverte des beaujolais durant deux jours répartie en trois châteaux, celui de Pizay, celui des Ravatys et celui de Corcelles. L’opération est organisée par 5 associations dans lesquelles se répartissent 200 vignerons indépendants en fonction de leurs affinités culturelles.

  • Beaujall’Wines
  • Biojolaise
  • Beaujoloise
  • Beaujol’Art
  • Gamays Chics

A l’origine, c’est la Beaujoloise, association créée en 2006 par Mathieu Lapierre et de Christophe Pacalet qui posa les prémices de l’opération. «Les hôtesses et le tapis rouge des soirées de l’Interprofession, ça nous paraissait présomptueux, d’où l’idée d’organiser une sorte de “salon off ” au domaine Lapierre avec une trentaine de vignerons,» explique Mathieu Lapierre.

 

Inscription préalable en ligne impérative

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.