“En avant Tute !” par Jean Lapoujade

0

Comme chaque année depuis 1986, le conclave de Tradition du Vin, a élu le « meilleur bistrot à vins».
Le vin « cœur » de cette année est « La Tute » sis, 7 rue Rossini, Paris 9e.
Patronyme étrange pour un établissement de bouche, glousseront les tenants d’une certaine gaillardise sémantique. Ne leur en déplaise, la Tute, désigne, dans la langue pyrénéenne, la tanière de l’ours.
La tanière de Bigorre en l’occurrence puisque le propriétaire des lieux Manu Maquaire, est un bigourdan bon teint. Après une carrière de producteur télévisuel, ce natif de Lannemezan décida de se mettre aux plateaux. Il ouvrit ce bistrot en 2012. Depuis Manu Manu rêva de cette Bouteille d’Or, trophée de Tradition du Vin.
A la Tute, les ours se suivent et ne se ressemblent pas : de l’hydrophobe distingué, à l’habitué au nez fleuri en passant par l’oenophile crapuleux et l’aventurier de la prostate perdue, tous trouvent matière à frétiller du clapet avec l’un des nombreux vins de viticulteurs sélectionnés manu vinitari. Côtes du Rhône, Cahors, Crus du Beaujolais, vins de Loire se retrouvent à l’ardoise. Mais si vous souhaitez sortir des sentiers battus vous pouvez compter sur un Comté Tolosan rouge, léger et gouleyant, ou vous humecter la glotte avec un Rocomadour blanc étonnant.

Pour les accompagner Manu offre à ses clients une palette de produits issus de son Sud-Ouest natal. En apéritif, ne ratez pas le jambon de coche, coupé à la trancheuse Berkel de 1948. Continuez avec un plat du terroir diététiquement incorrect : confit de canard, piquillos à la brandade de morue, boudin aux piments d’Espelette, poitrine de cochon à la plancha ou ces fritures d’ail uniques, créations spéciales du patron qui donnent du cœur au ventre et du corps à l’haleine. Quant aux fromages des Pyrénées, au lait cru, ils ont directement été achetés chez des bergers fidèles. En fin de repas, s’il vous reste une petite faim, goûtez les desserts maison, en particulier ce blanc manger au pousse-rapière qui vous transperce l’âme ! Alors pas question de tourner le dos à Rossini, où, comme disait Charles, il fait bon traîner après le repas et les Pyrénées, chantent au vent d’Espagne, chantent l’œnologie qui berça mon cœur.

En savoir plus sur la Tute

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.