Vins du Jura

0

Aux marches de l’Empire…

Morcelé, le vignoble du Jura s’étend sur un axe nord-est/sud-ouest de plus de 80 km de Salins-les-Bains à Saint-Amour. Il descend en pentes des plateaux du Jura vers la Saône. Le Jura – marqué par son climat semi-continental- se distingue par des vins et des cépages qu’il faut apprivoiser. Ce n’est pas qu’ils soient mauvais, bien au contraire, mais les vins jurassiens ont longtemps dérouté les néophytes. Leur goût de noix, résultat d’un élevage oxydatif de cépages indigènes (savagnin, poulsard, trousseau) envoûte rarement les palais aux premières gorgées.

Les vignes autour de Château-Chalon

Les vignes autour de Château-Chalon

Mais voilà, les vins jurassiens sont à l’image des Franc-Comtois un peu fermés campant sur leur quant à soi et sûrs de leur bon droit. «Le vin du Jura nécessite au moins un quart d’heure d’explications pour le faire aimer» assure Bernard Badoz,  créateur de la fameuse Percée du Vin Jaune.
Les vins du Jura sont comme ceux d’autres départements français enclavés, ils profitent d’une fidélité locale qui leur a assuré une prospérité régulière.
Même si l’histoire ne les a pas épargnés. Le phylloxera a détruit une grande partie du vignoble de 20 000 ha à la fin du XIXe siècle. La reconquête ne se fit pas sans mal mais le Jurassien est têtu. La première coopérative vinicole vit le jour à Arbois. Depuis les années 60, les vins jurassiens sont parvenus à sortir de leur isolement.

Aujourd’hui, une nouvelle génération de vignerons a pris les rênes animés d’ une volonté de s’ouvrir vers d’autres façons de faire avec des vins plus élégants et moins puissants que ceux défendus par les anciens. En clair, moins de vins oxydatifs et une ouverture à l’export plus poussée qui joue sur des accords gastronomiques plus innovants. Avec un certain succès comme le résume avec humour le vigneron Philippe Tissot : «Pour un peu on trouverait plus de vins du Jura dans les restaurants de New-York que dans ceux de Paris ! »

 

Carte d’identité de l’appellation
Superficie :  1 900 ha pour 200 vignerons.
Cinq cépages –
Trois rouges : poulsard et trousseau typiquement jurassiens et  le pinot noir en extension.
Deux blancs : le savagnin, cépage identitaire utilisé pour le fameux le vin jaune et le chardonnay cultivé en Franche-Comté depuis dix siècles.
Les vins du Jura se composent de quatre appellations géographiques :
– Arbois (850 ha) obtenue en 1936
– Côtes du Jura (720 ha)
– l’Étoile (80 ha)
– Château-Châlon (50 ha) ;
et trois AOC produits : Macvin du Jura, Crémant du Jura et Marc du Jura depuis novembre 2013.
Les cépages Jurassiens sont tellement emblématiques pour le Jura que les vignerons sont parvenus à les faire sortir du droit commun dans la réforme des vins de cépages entrée en vigueur en août 2009. Ainsi, nul producteur de vin sans Indication Géographique ne peut afficher sur ses bouteilles, poulsard, savagnin ou trousseau.
Lire à ce sujet :
13 cépages identitaires interdits de mention sur les Vins de France sans IG. (mai 2012)
L’ultra souplesse pour les Vins sans Indication Géographique  ( juillet 2009)

répartition des cépages des vins du JuraLe vignoble jurassien

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.