Montlouis sur Loire, l’AOC.

0

Montlouis sur Loire, pour trouver le chenin, suivez les bulles !

Cette petite appellation a longtemps vécu à l’ombre de sa célèbre voisine de Vouvray, située sur la rive droite de la Loire. En moins de 15 ans, les vignerons de Montlouis-sur-Loire sont parvenus à forger une belle réputation à leurs blancs. Secs, moelleux ou plus souvent pétillants, avec un bon rapport qualité prix*, ils sont surprenants.

La Loire sépare Montlouis de Vouvray

La Loire sépare Montlouis de Vouvray

Bien sûr la superficié réduite de l’appellation et l’arrivée d’acteurs extérieurs -un vigneron sur quatre n’est pas originaire du terroir- ont facilité la mobilisation vers la qualité. De fortes personnalités comme François Chidaine (ci-dessous au centre) et Jacky Blot, en sortant des sentiers battus, ont fait beaucoup pour tirer l’appellation par le haut. Une appellation où 30 % de la production est en bio ou biodynamie, alors que l’humidité ne manque pas dans le coin, mérite d’être mise en lumière. Montlouis, n’est pas vraiment un vignoble de fainéants. Ici, tout au long de l’année on passe et repasse dans les vignes, on soigne la matère première en essayant de trouver à chaque fois la meilleure expression du millésime. La recherche de la maturité, selon le produit souhaité, pétillant, sec ou liquoreux, impose un vrai travail d’observation de la nature. Et les vendanges manuelles imposent des passages successifs et des tries draconiennes.

Les pétillants représentent les deux tiers de la production. De méthodes traditionnelle, souvent non dosées, ces bulles mêlent arômes de brioche, de fleur blanche et de foins frais. Elles réveillent les palais par leur tension et leur vivacité. A l’apéritif, on aime leur fraicheur et cette minéralité qui rappelle le sous-sol de tuffeau de ce beau terroir.

montlouis_vigneron

François Chidaine au centre et des vignerons de Montlouis

Pour en finir avec l’approche naturelle, on notera que contrairement à d’autres vignobles grignotés par le périburbain, la municipalité de Montlouis a pris les devants pour protéger le vignoble des méfaits l’extension de l’agglomaration tourangelle (Tours est à moins de 10 km). Première du genre en France, une Zone Agricole Protégée (ZAP) interdit toute construction sur 322 ha de vignes où se concentrent les premières côtes. Saluons ces élus qu ont su protéger les terres de Bacchus contre les sirènes bétonnières !

 

SONY DSCCarte d’identité de l’appellation
Date du décret de l’appellation : 6 décembre 1938
Communes : Lussault sur Loire, St Martin le Beau et Montlouis sur Loire
Nombre de vignerons : une cinquantaine
Superficie plantée  : 400 ha
Cépage : Chenin aussi appelé Pineau de Loire
Rendement : Appellation Montlouis sur Loire, générique : 52 hl/ha.
Appellation Montlouis sur Loire pétillant (fines bulles) : 65 hl/ha. .
Deux tiers de l’appellation sont exploitées en fines bulles
Une soixantaine de vignerons et une cave coopérative.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.