Le cru Châteauneuf-du-pape

0

chateauNeuf_plaineSa Sainteté n’allait pas boire du picrate ! La fixation des papes en Avignon au 14ème siècle fut plus que bénéfique au vignoble papal de Châteauneuf-du-Pape, résidence d’été des souverains pontifes. Jean XXII (1244-1334) entrepris de relancer un vignoble tombé en déshérence avec l’aide des vignerons de Cahors, ville dont il était natif. Ce faisant, il allait poser les bases d’un des plus jolis cru des côtes-du-rhône.

Le châteauneuf-du-pape a survécu aux turpitudes de l’Histoire pour devenir l’un des crus les plus célèbres des côtes-du-rhône. Vignoble d’aristocrates, ses propriétaires s’imposèrent des règles de qualité qui ne firent pas peu pour sa réputation. Vin de l’élite, il devint aussi vin des poètes. A partir de la seconde moitié du 19ème siècle, il fut le nectar emblématique des félibres, ces poètes provençaux emmenés par Frédéric Mistral, qui le firent découvrir à leurs homologues parisiens.

chateauNeuf_plaine

Les divagations de jeunesse d’un Rhône fougueux sont pour beaucoup dans la personnalité du châteauneuf-du-pape. Durant le quaternaire, le fleuve a déposé sur ce plateau d’argile qui entoure le village ses gros galets roulés qui recouvrent une bonne partie du vignoble. Ils captent la chaleur le jour et la restituent aux ceps la nuit. Il faut ajouter à cela un ensoleillement exceptionnel et un mistral entêté qui limite l’humidité.

Si le grenache constitue le cépage dominant, chacun s’entend ensuite pour composer son assemblage entre les 13 cépages autorisés. Du coup, les qualités aromatiques varient. En général, on note de l’opulence, de la rondeur, des fruits rouges ou noirs et des épices pour les vins jeunes qui évoluent vers une complexité alliant cuir et animal après cinq ans de cave. Comptez de 25 à 30 € la bouteille pour un millésime 2008.

carto-cotedurhone-sudCarte d’identité de l’appellation

décret : 1936
production : 100 000 hl en moyenne
superficie : 3100 ha
Rendement : 35 hl/ha
Nombre de producteurs : 320 exploitations
(7% vinifié d’une coopérative)
Cépages : grenache, mourvèdre, counoise, vaccarèse, cinsault, syrah pour les rouges.
Les blancs représentent moins de 10% de la production totale. Ils sont réalisés à partir de clairette, de grenache blanc, de bourboulenc, de Roussane auxquels on peut adjoindre Picpoul et Picardan.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.