On the road again Corbières !

0

L’heure de la renaissance aurait-elle sonné pour les corbières ? Le poids lourd du Languedoc-Roussillon avec 40% de la superficie et autant de volume -dont 2/3 traité par le négoce- a été longtemps connu davantage pour ses volumes que pour ses crus. Le secteur coopératif omniprésent – 34 coopératives – historiquement orienté vers le rendement plutôt que vers le consommateur ont fait plonger par le passé le prix de l’hecto en dessous de l’indécence. Les tarifs en vrac ne dépassaient pas 55€/hecto en 2010…deux fois moins que le prix de revient. L’obtention de l’AOC en 1985 n’avait pas inversé la tendance. Au contraire.

corbieres_retro

Aujourd’hui, l’interprofession proclame sa foi dans les corbières et avance ses arguments. «On croit à notre appellation et à la qualité de nos vins. De 1985 à aujourd’hui, une génération a accepté les contraintes. » explique Xavier de Volontat, président du Syndicat.
Au-delà des campagnes d’arrachage, il a donc fallu imposer aux vignerons des sacrifices, les inciter à réduire la production pour écouler les stocks. De même, 60% du vignoble a été replanté en 25 ans, dont 40% des pieds de carignan. A entendre les responsables de l’appellation, ces efforts commencent à payer. Le prix du vrac est passé en trois ans de 60 à 90 €/hecto. Et une dizaine de jeunes se sont installés en 2013. Mais cela impose de maintenir le rendement autour de 40 hl/ha. Ouf, le « petit » millésime 2012 a même permis de frôler les 37 hl/ha.

boutenac

La valorisation du corbières passe aussi par la hiérarchisation de l’appellation avec des appellations communales à l’exemple de l’appellation Corbières-Boutenac (ci-dessus le village éponyme) reconnue en 2005. En avril 2013, l’INAO a donc été saisi d’une demande en ce sens par le syndicat de l’AOC.

corbieres-viu

Quels pourraient être les critères du futur cahier des charges de ces appellations communales corbières : un rendement inférieur à 50hl/ha, un pourcentage de carignan obligatoire -au minimum 20%- des méthodes culturales spécifiques ? Grosso modo, cette appellation corbières « supérieure » pourrait concerner un tiers des corbières. Suffira-t-elle à assurer aux vignerons locaux un revenu décent alors que se poursuit l’érosion lente mais irrépressible de la consommation française (42 litres/an aujourd’hui, combien demain ? ) sachant que les 3/4 du volume de corbières sont vendus en France.

Confrontée à un besoin de rajeunir sa cible, l’appellation a axé sa nouvelle politique de communication sur les jeunes et l’œnotourisme avec une route des vins dont les panneaux rappellent une célèbre « route 66 » américaine. On the road again Corbières !

Carte d’identité de l’appellation

AOC depuis  1985
Rendement : 50 hl/ha
Superficie : 11700 ha revendiqués
Rouge à 90 % : Carignan, syrah, grenache et mourvèdre
1ère appellation en volume avec une moyenne annuelle de 450 000 hl

 fitou_CartoP

Sélection de cuvées et de producteurs (2015)

Sélection de domaines (2013)

Reportage au Château Grand Moulin

Portrait d’un Grand Blond « petit vigneron », Pierre Richard

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.