Les Vins du Jura : Le mytique vin Jaune

0

Emblématique vin jaune…

Le vin jaune n’est élaboré qu’à partir de savagnin vendangé assez tard pour obtenir une maturation idéale. Tout autre cépage déboucherait sur un vinaigre. Après le pressoir, le vin soutiré est entreposé dans des fûts de 228 litres qu’on prend soin de ne pas remplir complètement. Ainsi un voile se forme à la surface, et l’oxydation va se faire de façon très lente durant 6 ans et 3 mois, période obligatoire de conservation. Le vin est mis en bouteille dans des clavelins, ces drôles de bouteilles de 62 cl et non 75 cl. La différence tient compte de la part des anges, l’évaporation d’un vin qui n’est pas ouillé.

Ce mythique vin jaune peut affronter les siècles. «Un vieux Savagnin prend le goût de goudron disait les anciens» explique Pierre Rolet, vigneron émérite à Arbois. La bouteille la plus vieille qu’il ait ouverte remontait à 1774 et affichait encore 12,3° d’alcool. Ses grandes sœurs avaient été servies à l’inauguration de la Tour Eiffel en 1889.

SONY DSC
Alors en 2240, ouvrira-t-on des bouteilles de 2009 ? Pas sûr, car le vIn jaune est victime de son succès et n’échappe pas à la règle du produire plus. «Le drame, c’est qu’on va dans une surenchère du vin jaune. Depuis quelques temps, des vignerons n’attendent plus les 6 ans et trois mois pour mettre en bouteilles» explique Bernard Badoz, fondateur de la Percée du Vin Jaune. «Le vin jaune est un produit mythique ce n’est pas le moment de l’affadir.» confie pour sa part Pierre Rolet. Avec le risque si le mouvement venait à s’amplifier que cet ersatz de vin jaune ne se généralise…

La Percée du vin jaune, un bon exemple d’initiation au vin du Jura

Pierre Rollet, vigneron jurassien

Pierre Rollet, vigneron jurassien

Elle fêtera en 2016 ses vingt ans. Une fête comme celle-là avec ses dix dégustations a longtemps fait peur aux autorités. Rien à voir pourtant avec certaines beuveries qui s’abritent derrière de soi disantes fêtes bachiques. Comme l’explique Pierre Rolet, (ci-dessus) l’un de ses initiateurs en 1997 : «La Percée du Vin jaune, c’est un vrai succès jurassien qui rallie chaque année de 40 à 50 000 personnes. Quand on l’a lancée à Poligny en 1997, le préfet de l’époque n’y croyait pas. Les dix dégustations faisaient peur alors justement qu’on avait pris soin de mettre un petit trait sur les verres pour qu’on ne dépasse pas les doses. La gendarmerie a mené des contrôles d’alcoolémie massifs tout au long du week-end. Ils ont fait chou blanc. Le taux de tests positifs n’a pas dépassé 6/1000. La preuve que le vin c’est d’abord une question d’éducation et non de répression»

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.