AOC Saint-Julien

0

Produite sur la commune de Saint-Julien-Beychevelle, cette AOC qui jouxte Pauillac au Nord et Margaux au Sud est d’une taille modeste, avec moins de 1000 hectares. Située au centre du Haut-Médoc, l’appellation est réputée pour produire des vins du « juste milieu », moins puissants que ceux de Pauillac, mais n’ayant pas la finesse de ceux de Margaux. En fait, on constate que les sols graveleux de Saint-Julien produisent des vins empruntant au caractère des appellations voisines selon qu’ils leurs sont plus ou moins proches.

 

Les vignes du nord de l’appellation comme celles de Léoville Las Cases, donnent donc en principe des vins plus robustes que ceux provenant du sud. De même, les vins produits en bordure de l’estuaire comme au Château Beychevelle, diffèrent-ils de ceux provenant de l’intérieur des terres. Cette diversité explique sans doute qu’on trouve onze crus classés sur un territoire relativement restreint :
Léoville-las-Cases, Léoville Poyferré, Léoville-Barton, Gruaud-Larose et Ducru-beaucaillou (2eme gcc)
Châteaux Lagrante et Langoa-Barton (3eme gcc)
Châteaux Branaire, Saint-Pierre, Talbot et Beychevelle (4eme gcc).

Saint-Julien ne compte que 8 crus bourgeois :
Château Gloria
Château du Glana
Château Hortevie
Château Lalande-Borie
Château La Bridane
Château La Bridane
Château Terrey-Gros-Caillou.

La grande diversité des vins de Saint-Julien, mais aussi leur caractère « entre deux » fait qu’ils peuvent pour certains, s’ouvrir dans les cinq ans, et pour d’autres, attendre 20 ans sans problème. Jeunes, les crus des petits millésimes peuvent accompagner la lamproie à la bordelaise ou certains plats de poisson. Lorsqu’ils sont plus corsés et avec davantage de bouteille, ils font merveille sur le gibier à plume, les volailles rôties. Les vins de plus de vingt ans aux subtils arômes de truffe peuvent accompagner un foie gras poêlé.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.