Médoc, huit AOC, un monde complexe pour une renommée internationale.

0

Avec environ 15000 hectares, le Médoc viticole est une bande de terre qui dépasse rarement 10km de large, coincée entre la rive gauche de l’estuaire de la Gironde et la forêt des landes de Gascogne et qui remonte jusqu’à la pointe de Graves. Tous les médocs sont des bordeaux, mais ils peuvent aussi revendiquer une des six appellations villageoises du secteur (Moulis, Listrac, St-Estèphe, St-Julien, Margaux, Pauillac). La région est considérée généralement comme la plus prestigieuse du Bordelais car on y trouve les grands châteaux les plus renommés qui font l’objet du fameux classement de 1855.

medoc_croix

L’AOC Médoc proprement dite peut être utilisée dans toute la zone viticole, mais en général les vins de sa partie sud se vendent sous l’appellation Haut-Médoc. La zone ne pouvant prétendre qu’à la seule appellation Médoc est située au nord et couvre environ 5000 ha et se répartit sur les communes de Saint-Yzans-du-Médoc, Bégadan, Prignac, Ordonnac, Saint-Christoly, Blaignan et St-Germain d’Esteuil.
Hormis quelques très confidentiels vins blancs, le Médoc ne produit pratiquement que des vins rouges issus pour l’essentiel du cabernet sauvignon et du merlot. Le cabernet franc, le malbec et le petit verdot constituent occasionnellement des cépages d’appoints. En règle générale, le cabernet sauvignon est planté sur les terrains les plus pentus et les sols graveleux, souvent proches de la Gironde. Il apporte aux vins la puissance tannique le corps qui leur donnent un bon potentiel de garde. Le merlot se retrouve sur les terrains plus lourds, à dominante argileuse, à l’écart de l’estuaire. Vendangé à bonne maturité, il apporte aux vins finesse, bouquet et élégance.
Les médocs se caractérisent le plus souvent par une couleur intense, grenat foncé. Ils se distinguent des autres crus par leur ouverture plus précoce qui leur confère, dès leur jeunesse un bon potentiel aromatique et des tannins non agressifs. Leur capacité de garde varie beaucoup d’un domaine à l’autre, mais dépasse rarement une quinzaine d’années pour les meilleurs terroirs dans les bons millésimes.
Aucun cru classé n’appartient à l’appellation Médoc. En revanche, on y rencontre plus d’une centaine de crus bourgeois pour environ 250 propriétés. Cinq caves coopératives assurent une part non négligeable de la production pour le compte d’environ 400 récoltants.
Il est difficile de savoir exactement quelle part de la production est commercialisée par le négoce et vendue en grande distribution sous différentes marques commerciales. Mais il est certain que le nom Médoc fait mieux vendre une bouteille que la simple appellation Bordeaux, même si la différence entre les deux appellations n’est pas toujours évidente.
Lorsqu’ils sont de bonne facture et dans les bons millésimes, les médocs sont des vins généreux et raisonnablement tanniques. On peut commencer à les boire après deux à trois ans de bouteille. Ils s’accordent à merveille avec les viandes rouges, les grillades, le gibier à plume et les fromages à pâte dure comme la mimolette.

Quelques crus bourgeois du Médoc.

La particularité de la plupart des crus bourgeois de l’AOC médoc est de mêler les notes vanillées apportées par l’élevage en barriques neuves, à la structure nerveuse du cabernet sauvignon et au gras du merlot.
Quelques crus bourgeois du médoc parmi les plus réputés :
Château les Ormes Sorbet

Château Patache d’Aux

Château Rollan de By

Château Tour Haut-Caussan

Château Loudenne

Château Haut-Barrail

Château La Cardonne

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.