L’AOC Luberon, l’appellation qui rosit de plaisir

0

Le Luberon pourrait-il être d’une autre couleur dominante que rose ? Les plus de 40 ans se souviendront que le Président Mitterrand, qu’on appelait « Tonton », y passait une partie de ses vacances veillant sur Mazzarine, sa fille cachée à l’époque. Le Président de la République était entouré de quelques éléphants du PS établis aux alentours dans de beaux mas. Age d’or d’une gauche à l’époque qualifiée de «caviar».
Et pourtant, si le rose a continué de s’étendre en Luberon au point de devenir la couleur dominante de l’appellation avec 51 % du volume produit en 2014, cette prédominance est moins due au PS qu’à la demande forte du marché et à un sursaut des producteurs. Et notamment Marrenon dont le siège est à la Tour d’Aigues (ci-dessous) . Le groupement de coopératives a joué le rôle de locomotive dans cette quête de la qualité, épaulé par les caves particulières. L’image longtemps productiviste des ex-côtes du Luberon et des petits vins soufrés des coopératives (70% de la production) a totalement changé, symbolisée par le changement de l’appellation en Luberon en 2009.

luberon_vigne_LaTour

Il a fallu rédiger un nouveau cahier des charges, procéder à des arrachages, et surtout avant chaque vendange affecter la destination des parcelles entre IGP Vaucluse et AOC. La réforme ne s’est pas faite sans résistance, mais au fil des ans, le niveau de la qualité a augmenté. Pour les rosés et les blancs, les vendanges mécanisées nocturnes ont notamment permis de travailler des raisins plus sains. Et la rosée du matin sur les baies a, dit-on, permis d’éviter des taux d’alcools trop importants grâce à un surcroît d’eau pure.

Situé dans le Parc Naturel Régional du Luberon, le vignoble est le trait d’union entre les vins des Côtes-du-Rhône et ceux de Provence à la fois sur le strict plan géographique mais également sur le plan œnologique. En effet, l’AOC Luberon est très « côtes-du-rhône » pour sa proportion de syrah plus importante qu’ailleurs dans ses rouges et très provençale pour sa production très importante de rosés de qualité. Plutôt bien travaillés, pâles et gouleyants à souhait, il ont le vent en poupe. Car aux dires de certains, il valent largement bien des appellations provençales. Tout en étant moins chers. Le fait que le Luberon soit l’une des rares appellations en rosé à admettre l’assemblage d’un cépage blanc le vermentino, lui donne aussi un profil particulier.

luberon_marenon

Dommage que le bio ne représente que 20% de la production alors que les conditions de production – et notamment le mistral qui sèche l’humidité- rendraient la conversion plus facile.

Si Marrenon fait connaître l’appellation aux grandes surfaces et à l’étranger notamment, les caves particulières (1/3 de la production) se concentrent sur le local. Avec leurs vins frais, digestes et plaisants, elles écoulent chaque été au caveau auprès de prospères touristes anglais -mais pas que…- l’essentiel de leur production. Heureux vignerons et heureux pays où tout irait pour le mieux si l’impact touristique ne déséquilibrait pas la vie quotidienne avec des prix de l’immobilier empêchant les jeunes de s’installer.

Sélection de cuvées

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.