AOC Costières de Nîmes

0

Vers quoi penchent-elles vraiment ces Costières de Nîmes ?  Vers le Rhône avec des vins tanniques et robustes à dominante de syrah ou vers le Languedoc avec son climat plus chaud et des vins plus ronds et fruités à dominante de grenache ? Un peu des deux mon Général. De fait, ces Costières de Nîmes ont longtemps eu du mal à asseoir leur identité. En attestent les changements de nom, Vdqs Costières du Gard en 1950 avant d’être reconnu AOC Costières de Nîmes en 1986. 

SONY DSC

Les vins du delta du Rhône

Il a beau être le vin qui irrigue la Féria de Nîmes, depuis plusieurs années, l’AOC n’est pas à la fête. Longtemps le prix à l’hecto du vrac des Costières est tombé largement en dessous du prix de revient à 75 €. Le poids de l’histoire récente. Les belles origines romaines poursuivies par le savoir-faire des cisterciens ont été oubliées à la fin du XIXème après le phylloxera. Avec les débouchés offerts avec l’arrivée du chemin de fer, les viticulteurs locaux n’ont longtemps eu qu’une obsession : faire pisser la vigne à tout prix. Aujourd’hui encore, c’est un peu comme si les négociants et leurs compères de la GD, n’attendaient des Costières que des prix bas, voir indécents. Des bouteilles à 1,70 € en linéaires ne tirent pas vers le haut en terme d’images. Nombre de vignerons locaux décident de passer leur production sous la bannière IGP Pays d’Oc, plus rémunérateurs et moins restrictifs.

Quel dommage, car il y a parmi ces Costières de Nîmes de vraies bonnes surprises. Pour les rouges, ultra-dominants, certains vins se rapprochent du crus des côtes du Rhône comme le vacqueyras, mais on peut trouver également des cuvés plus fruitées plus rondes et joyeuses comme un soir de Féria. Sans oublier les blancs pourtant ultra-minoritaires mais dont certains méritent le détour, le tout à de très bons rapports qualité-prix. Evidemment comme ailleurs, les Costières n’échappent pas à la forte montée en puissance des rosés.

carto-cotedurhone-sudCarte d’identité de l’appellation
Date du décret de l’appellation : 1986
rendement maximum 60 hl
Superficie en production : 4500 ha sur 24 communes du Gard du nord de la Vallée du Gardon aux limites de la Petite Camargue dans le sud.
Rouges : Syrah, grenache, mourvèdre, carignan, cinsault
Blancs : grenache blanc, roussanne, marsanne, viognier
Nombre de vignerons : 400

Un vigneron :

Le Château Roubaud : Ce beau vignoble de 50 ha planté qui domine les étangs entre Vauvert et Gallician. Le Château Roubaud porte haut et de longue date les couleurs des costières de Nîmes.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.