Sergio Calderon, sommelier de Michel Bras

0

Interview de Sergio Calderon, sommelier au restaurant trois étoiles Michelin de Michel Bras

Depuis 18 ans, cet Argentin est le sommelier du restaurant de Michel Bras sur l’Aubrac. Natif du « nouveau monde» et ayant une connaissance intime du terroir français, il porte sur la réforme un regard rafraîchissant.

Que pensez vous de l’actuelle segmentation des vins français avec au sommet de la pyramide, les AOC ?
La notion d’AOC n’est plus fiable, elle n’a pas la rigueur qu’elle devrait avoir. Inversement, à la base, on retrouve des vins de pays ou des vins de tables qui sont de belles bouteilles représentatives de leurs pays.

Quel bilan tirez-vous de l’œuvre de Mondavi ?
Même si je n’adhère pas à tout, il a beaucoup fait pour le vin. Il a fait aimer le vin aux Américains qui n’en buvaient pas voilà cinquante ans. Il a œuvré pour la pédagogie du vin. Un consommateur qui boit un merlot ou une syrah sait en gros à quoi s’attendre. Beaucoup de Français qui boivent des grands crus de Bourgogne n’ont parfois aucune idée de leurs cépages.

Il y a les cépages mais que faites-vous des terroirs ?
Les grands terroirs français se défendent très bien. Ailleurs, il y a des cas, où il faudrait revoir la copie par exemple dans la plaine du Languedoc où l’on a arraché des cépages locaux à tout va, ce qui fut parfois une aberration.

Les pistes du renouveau pour la viticulture française ?
Evidemment, il n’y a pas de problème pour les vins haut de gamme. Pour les entrées de gamme, il faut une offre plus lisible et facile de vins mieux vinifiés et surtout respectueux de la nature.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.