Roland et Catherine Royet, vignerons au-dessous du Volcan

0

royet_chateaugay_gamayC’est taraudé par l’image de son grand-père, vigneron sur les pentes du Bourassol, qu’il a repris le chemin des vignes. Après une première vie professionnelle, Roland Royet et sa femme, Catherine, ont planté en 1992, 3,5 hectares et demi sur la colline du Bourassol. Ils en extraient un succulent Châteaugay – un des 5 crus des Côtes d’Auvergne-.

Situées juste au-dessus du circuit d’essai Michelin de Clermont, leurs vignes sont sans doute les plus bruyantes de France quand les bolides chauffent et poussent les gommes à leurs limites… Mais les grains de gamay ne s’en portent pas plus mal. D’ailleurs leur gamay est une merveille de fruit et de fraicheur qui a déjà décroché la médaille d’or au concours international des Gamay. Roland Royet est comme son vin, sincère et engagé vers la nature. En 2013, il sera d’ailleurs certifié bio. Et l’homme vaut le détour, car il n’a pas sa langue dans sa poche pour dénoncer notamment les méfaits des coopératives productivistes.

Depuis le départ, ce couple de viticulteurs n’a pas changé d’un iota de ligne d’action. Il faut que leurs vins expriment d’abord le sol dont ils sont issus, ce sol noir volcanique unique en France. Un sol qui métamorphose le goût du gamay.

Travail sérieux : enherbement pour éviter l’érosion des coteaux et traitement raisonné, vendange à la main et taille en cordon de Royat (une taille, caractérisée par 1 ou 2 bras horizontaux, portant 2 à 5 coursons ou porteurs, installés dans le sens du palissage).
Côté vinification, leurs vins ne sont ni collés, ni filtrés. Malgré leur matière un peu charnue, aucuns maux de tête le lendemain. Roland Royet veille à avoir la main la plus légère possible sur le soufre en ne dépassant pas les 18 à 20 mg de sulfites par litre. Pourcentage qui a tendance à diminuer au long des années de garde.

Ce “vin de volcan” doit s’apprivoiser. Il est fortement conseillé de le laisser décanter quelques heures en carafe. Alors seulement, son côté poivré, pierre-à-feu, accompagnera avec merveille une truffade.
Mention spéciale pour le Châteaugay des Royet vieilles vignes réalisé à partir de ceps de 70 ans d’âge, assemblage de 30% de pinot et de 70% de gamay.

Plus d’infos :

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.