Le pouilly fumé des Girault

0

Michel Girault et ses deux fils, Olivier et Anthony, exploitent 5 ha de vignobles d’appellation pouilly fumé à quelques centaines de mètres du village de Pouilly-sur-Loire. Situé le long de l’autoroute A77, c’est un vignoble d’un seul tenant contrairement aux autres parcelles qu’ils exploitent en appellation Sancerre. «C’est une chance d’avoir un vignoble d’un seul tenant. Son sous-sol calcaire nous permet une régularité du produit année après année, » explique Michel Girault, jeune vigneron de 64 ans à l’œil vif et à l’esprit joyeux.

Est-ce justement cette régularité de son pouilly vif, ample et complexe alternant pierre à fusil et agrumes divers qui explique qu’il exporte 70 % de sa production année après année. Une chose est sûre, le pouilly des Girault -comme leur sancerre d’ailleurs- n’a pas besoin d’en faire trop pour se faire apprécier.

Pour le reste, les Girault, père et fils, sont assez représentatifs de l’état d’esprit qui domine dans les vignobles du centre Loire. Ils sont bien conscients qu’un jour où l’autre, le passage au bio va s’imposer de facto notamment du fait de l’interdiction progressive des produits actifs phytosanitaires. Pourtant le saut dans le bio leur est difficile. On peut les comprendre, leur pouilly est apprécié, reconnu et vendu. Pas facile, dès lors de se mettre en danger pour un hypothétique passage en bio. Sachant de surcroît que mildiou et oïdium sont plus que jamais présents sur les bords de la Loire. Sans oublier d’autres indésirables à commencer par le vers de la grappe qui leur semble plus résistant. Pourtant, ils ont d’ores et déjà cessé le désherbant pour le labourage. «Mais à force de passer le tracteur, on tasse les sols et l’eau ne pénètre pas en profondeur.» Eternelle recherche du compromis idéal à trouver par le vigneron…

pouilly_girault2
Pour la vendange 2009, les Girault, ne s’attendent pas à de gros rendements comme dans les bonnes années lorsque l’hectare donne allègrement ses 60 hl. En 2009, la floraison a débuté tardivement et les vignes ont été top arrosées. Heureusement, il reste la joie du caveau familial de Bué où l’on déguste avec les clients et amis de passage ces merveilles de fraîcheur.

 

EARL Michel Girault
18300 Bué Tél. 02 48 54 25 73
Prix au caveau : 7,80€
Où le boire à Paris ? A Ma Bourgogne

Et il y aussi le Sancerre !
Située sur la commune de Bué, au cœur du Sancerrois, l’exploitation couvre 11 hectares sur lesquels nous produisons Sancerre Blanc, Rouge et Rosé.
Pour une meilleure diversité de ses vins, le vignoble s’étend sur plusieurs communes aux terroirs divers et variés.

Le Sancerre Blanc :
De couleur or pâle, ce sauvignon, vin sec, fruité
aux notes d’agrumes accompagnera à merveille
fruits de mer, poissons. Sans oublier le Crottin de Chavignol.

Le Sancerre Rouge :
Issu du cépage Pinot Noir, de couleur rouge rubis, aux
arômes de fruits rouges, servi à température ambiante,
il sollicitera parfaitement votre palais avec viandes rouges, gibiers et fromages.

Le Sancerre Rosé :
Du même cépage Pinot Noir, de couleur saumonée,
aux arômes de fruits rouges, de bouches rafraîchissantes,
sera l’idéal avec charcuteries et viandes grillées.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.