Vins de Pégairolles de l’Escalette

0

Un goût de Charentes en Languedoc ?

Coup de gueule d’un viticulteur contre un productivisme languedocien de coopérateurs qui se traduit par l’arrivée du colombard en Languedoc-Roussillon.
Comment faire de l’IGP quand on est accroché aux flancs du Larzac sur des coteaux pentus accessibles uniquement par un petit tracteur en marche arrière et donc ne permettant que des petits rendements ? C’est la problématique de Christian et Sabine Boisse de Black qui exploitent le Domaine des Montèzes à Pégairolles de l’Escalette.
Face à un développement inexorable des IGP en Languedoc, ils maintiennent le cap de l’AOC. C’est du reste pour eux la seule façon de faire entendre la voix du terroir et de valoriser leur production en se distinguant. «Mais il y a un gros travail d’explication notamment sur les prix.» explique Christian Boisse de Black. 

«Ici, le discours dominant consiste à expliquer qu’il nous faut contrer le Chili en recherchant des raisins à gros rendements. Ainsi, on retombe dans les anciens péchés du Languedoc à l’époque où l’on plantait à tout va de l’aramon. Mon pépiniériste m’explique qu’il a livré cette année 80 000 plants de colombard -le cépage des Charentes du cognac-, c’est le cépage le plus planté dans le Languedoc. Mais personne ne sait que ça va donner ?»

SONY DSC

Rappelons que le colombard est l’un des cépages les plus productifs de France. 

Pour Christian Boisse de Black, ce productivisme à tous crins correspond tout à fait à la culture du système des coopératives qui domine dans le Languedoc :  «Avec elles, l’objectif est de ramasser le maximum de raisins, on essaye de faire du vin avec ça et on le « balance » au négoce.  On ne rémunère pas le cépage ou la qualité, on rémunère le kg et le degré. Or le degré n’est pas forcément un gage de qualité. Ce qui compte c’est que le raisin soit à maturité. A quoi ça sert d’attendre 15 jours de plus pour gagner deux degrés pour faire des vins plats et alcooleux ? »

«Si l’état d’esprit des coopérateurs n’est pas bon, c’est qu’au fil des générations, ils ont perdu leurs responsabilités dans la conduite de la coopérative. Ce qu’ils attendent c’est  le chèque de fin de mois. Du coup, même si les caves font des efforts sur le plan de qualité, souvent le viticulteur en face n’a qu’une idée en tête celui de « truander » la coopérative. Par exemple, si on lui demande de vendanger un syrah sélection, et si les bennes de la machine à vendanger ne sont pas trop pleines, certains n’hésiteront pas à vendanger du carignan. Tant pis si ça va dans le lot du syrah sélection. Qui le verra ? Mais ces travers ne sont pas propres au seul Languedoc.»

monteze_bouteilleC’est le rosé du Domaine des Montèzes qu’on conseillera à ceux qui aiment conjuguer légèreté et élégance.

Le blanc du Domaine des Montèzes, assemblage de chardonnay, de roussane, de vermentino avec un soupçon de muscat développe également un potentiel aromatique. Comptez 6 € TTC la bouteille départ cave.

Domaine des Montèzes
Christian et Sabine Boisse de Black
34800 Aspiran
mail :montezes@orange.fr
tél : 06 22 08 46 59

 

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.