Interview de Ghislain de Longevialle, président d’Inter Beaujolais

0

Interview de Ghislain de Longevialle, président d’Inter Beaujolais*
Vigneron à Gleizé en Beaujolais au Château de Vaurenard

« un beaujolais 1er cru – chiroubles parlera plus à un Chinois que le seul nom chiroubles.”


De locomotive, le beaujolais nouveau n’est-il pas devenu un boulet pour l’ensemble de la filière ?

Je réfute cette analyse. Certes, il y a 25 ans, la période du beaujolais nouveau était plus longue qu’aujourd’hui. Mais même si les modes de consommation ont changé, cela reste un atout majeur de notre région viticole. Cette exclusivité mondiale nous est enviée. On exporte 50% de nos vins.

Ghislain de Longevialle, président d’Inter Beaujolais

Ghislain de Longevialle, président d’Inter Beaujolais

A quoi cela sert-il d’exporter si, sur place, les vignerons vendent à perte ?
Il faut se donner les moyens de maîtriser notre commercialisation pour ne plus vendre à perte. Car aujourd’hui, le produit nous échappe. Sur les 80% du volume passé par les négociants, 50 % sont le fait d’opérateurs étrangers à la région qui profitent du Nouveau pour faire des coups commerciaux. Cela a des conséquences sur l’image du produit. Comment ne pas comprendre la perplexité du consommateur devant le beaujolais nouveau quand il voit des bouteilles, à 1,50€ alors qu’elles devraient être à 3 €.
Il faut donc se doter d’un outil, avec une dynamique de filière qui maîtrise la commercialisation. Car depuis 30 ans, la donne a changé, nos petits négociants qui écoulaient le beaujolais nouveau ont soit disparu, soit ont été repris par des grands groupes. Il y a des exemples dont il faudrait s’inspirer. Ainsi notamment chez nos voisins du Mâconnais où la filière viticole assure une bonne part de sa commercialisation.

Vous parliez d’image, le consommateur a déjà du mal aujourd’hui à faire la différence entre un beaujolais et un beaujolais villages, or les pistes de réforme de l’appellation ne vont pas vraiment vers plus de transparence ?
C’est vrai. Concernant la réforme, je plaide pour une hiérarchie simple avec trois degrés. Cru du beaujolais crus ou Beaujolais 1er cru, un beaujolais 1er cru – chiroubles parlera plus à un Chinois que le seul nom chiroubles- une appellation beaujolais villages et enfin le beaujolais nouveau.

* l’interprofession regroupe tous les partenaires de la filière viticole du Beaujolais. Son objectif est de permettre un développement de la filière, dans l’intérêt de tous les partenaires, viticulteurs et négociants.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.