Dominique Piron à la tête d’Inter Beaujolais

0

Dominique Piron est connu dans bien des bistrots de Paris pour son fameux Côte de Py. Né voilà 66 ans à Morgon, il en est à sa 45ème vinification, et a, selon ses propres mots, le « gamay qui coule dans les veines « . C’est lui qui a été élu le 13 juillet président d’Inter Beaujolais.

Aujourd’hui, il exploite plus de 80 ha de vignes sur 16 communes du Beaujolais. Mais il a été parmi les premiers en Beaujolais à acheter du raisin et à développer une activité de négoce. C’est à ce titre qu’il siège à l’interprofession aux côtés de David Ratignier, 46 ans, viticulteur à Saint-Etienne-la-Varenne, élu vice-président, comme le prévoient les statuts d’Inter Beaujolais qui font alterner tous les deux ans cette répartition des rôles entre négociants et viticulteurs.

Vignoble authentique s’il en est où l’on vendange à la main, le beaujolais connaît une longue crise depuis une désaffection des consommateurs vis-à-vis du primeur qui lui a pourtant apporté une notoriété mondiale. Le vignoble est peut-être en train de vivre un tournant. Sa famille est en train de se rassembler. La guerre picrocholine entre crus, villages et génériques appartient au passé. (lire l’article)

Et Dominique Piron, devenu incontournable en Chine pour le beaujolais depuis qu’il a fait goûter son morgon au Président chinois, a sans doute l’envergure pour infléchir la destinée de l’appellation s’il parvient à mobiliser ses homologues. «Le Beaujolais a vécu une mutation sociologique, les équipes des différentes appellations et ODG ont été réformées. Inter Beaujolais doit redevenir le parlement du Beaujolais » affirme-t-il.

Parmi ses chantiers prioritaires : la modernisation du vignoble intégrant la diminution des intrants et la reconquête des parts de marchés. Les beaujolais ont un atout de taille à faire valoir. Ils répondent aux attentes de l’époque. Celles de vins légers et digestes, avec une palette d’expressions larges et charmantes offertes par les différents terroirs. Et souvent à un excellent rapport qualité-prix.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.