Clément Klur, l’appel de la terre…

0

Il a dû gamberger longtemps ce vigneron, descendant d’une famille alsacienne dans le vin depuis 1660, avant de se jeter dans le bio. Et pourtant, en 1999, il rompt le pacte d’associés avec son cousin pour tenter l’aventure. L’appel de la terre et des rythmes de la nature sont pour lui une évidence. Mais il lui a fallu tout reprendre à zéro, reconstruire une cave surmontée d’un toit végétal, revoir sa façon de travailler. En 2004, il obtient le label Ecocert pour ses 7 ha de vignes en biodynamie. Elles sont réparties en une vingtaine de parcelles autour de Katzenthal, la plupart  sur un terroir granitique. Mais quelques-unes également sur des sols argilo-calcaires. «Au départ, on a bien essuyé quelques ricanements, mais depuis peu, pas mal de monde commence à s’intéresser  à nous».

Klur2

«Le plus difficile, techniquement, a été de mettre au point des méthodes pour les parcelles sur les coteaux. De toute façon en bio, il faut compter un tiers de travail en plus. Du coup, ça crée de l’emploi. Si j’étais en conventionnel, je n’aurais pas besoin d’un employé. Les rendements baissent avec le bio, je suis entre 50 et 60 hl/ha alors que la plupart des vignobles conventionnels sont à 80 hl
A côté du militantisme bio, ce vigneron fait preuve d’une créativité renouvelée à créer des vins légers et vifs, à les mettre en valeur avec des étiquettes qui sortent de l’ordinaire. Ainsi à côté des crémants vinifiés à partir de pinot achetés à des amis vignerons bios, il déploie une gamme s’étalant du sylvaner au muscat et au pinot noir avec en point d’orgue un grand cru riesling Wineck Schlossberg issu de vignes de 80 ans d’âge.

Klur1Mais malgré ses contraintes de coûts de vigneron bio, Clément Klur sait produire des jolis petits vins à petit prix. Comme son fameux “gentil”, vin typiquement alsacien composé à 50 % de cépages nobles qui doit être validé par le CIVA chaque année. Celui du père Klur est composé de pinot blanc à 50% , de pinot gris et de gewurztraminer à 25% respectivement. Pour faire bonne mesure, il produit aussi son « voyou« , assemblage de  sylvaner, de riesling et de muscat. Deux vins vifs, minéraux autour de 7€ qui sont parfaits sur un comptoir entre amis. Et l’on n’oubliera pas de citer son pinot gris, nez floral et bouche d’agrumes qui est à lui seul un plaidoyer  pour notre vieille planète.

http://www.klur.net/

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.