La Cité du Vin de Bordeaux

0

Telle la cerise sur le gâteau, la Cité du Vin est un grain de merlot posé sur un canelé bordelais tout juste sorti du four. Elle achève le renouveau d’une ville qui a déjà vu son nombre de visiteurs passer de 2 à 6 millions.

Honte à celui qui aurait la moindre arrière-pensée freudienne  à la vue de ce bâtiment tout en courbes. Mieux vaut y voir un vieux ceps tout en rondeur qu’autre chose.

Pour le candidat Alain Juppé qui,  le 31 mai, inaugurera cet équipement bachique -le plus grand au monde dans son genre- avec le président de la République, ce sera, à n’en pas douter, un jour de sourire.

cite_vin3

En bon projet français, cet ouvrage a connu quelques dépassements pour atteindre finalement un coût de 81 millions (contre 63 initialement prévus)…C’est beaucoup moins qu’ailleurs explique-t-on. C’est vrai si l’on prend par exemple les dépassements pharaoniques de la Philarmonie parisienne ou du Forum des Halles.

Pour cette Cité du Vin, la municipalité de Bordeaux a pris en charge 38% du coût, l’Europe 15%, la métropole 10%, le CIVB et la région 7% chacun, l’Etat 2% et 1% pour …le département de la Gironde autant que la Chambre de commerce. On relève surtout l’importance du mécénat avec une contribution représentant 19% de la facture. Un mécénat qui va même chercher des fonds outre-atlantique. Ainsi une fondation américaine va aider au financement d’un auditorium baptisé Thomas Jefferson. Les ventes aux enchères des grands crus ont déjà commencé.

La fréquentation attendue qui devrait permettre d’autofinancer le projet est estimée dans une fourchette de  450 000 à 600 000 visiteurs/an à partir du 1er juin, date d’ouverture maintenue malgré un retard du chantier.

Avec plus de 13 000 m2 répartis sur 10 niveaux, l’équipement offrira un parcours dans le temps et l’espace à la découverte du vin au gré de 19 modules thématiques. Pour une visite d’environ 2 heures qui pourra s’achever sur le Bélvédère à 35 m de haut par une dégustation. Il y aura également des expositions temporaires.

cite_vin2Les vignerons bordelais attendent de la Cité du Vin un effet catalyseur pour l’œnotourisme. «Elle doit servir de hub pour renvoyer les touristes vers les vignobles, ce sera à nos yeux la condition de sa réussite» explique Xavier Planty de Château Guiraud en Sauternes. Et tous les outils sont en place pour ce faire. Plate-forme de réservation, routes des vins pour les vignobles labellisés Vignobles & Découvertes, liaisons routières et fluviales grâce à la construction de pontons d’embarquement. Ainsi, à Sauternes et Graves, on défend son accès le plus court, en un peu plus d’une heure avec une navette fluviale.




Et pourtant, on l’assure, les vins de bordeaux ne seront pas les plus représentés dans cette Cité du Vin. Car il s’agit de défendre l’universalité du vin comme l’ont expliqué en substance les responsables de la Cité…De là à espérer que l’univers s’ouvre à tous…et que mollahs iraniens ou émirs de Daech trouvent leurs chemin de Damas par un détour par Bordeaux et sa Cité du Vin, il y a un pas que même Bacchus hésitera à franchir.

 

  20 €, le ticket d’entrée, verre de vin compris

Le billet adulte  sera de 20 € pour visiter ce parcours et déguster un verre au belvédère à  35 m au-dessus de la Garonne (et 4 euros de plus pour l’exposition temporaire).

L’entrée est libre pour le rez-de-chaussée (plate-forme œnotouristique pour aller dans les propriétés, bar à vin, magasins…) ou vers le 7e étage et son restaurant panoramique.

 

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.