Beaujolais, vendanges 2012, climate calamitatis

0

beaujo_vigneLes 50 000 vendangeurs qui s’activent dans les vignes du beaujolais ne trouvent pas des ceps très chargés… Comme en Champagne, le vignoble est confronté à un très faible rendement. On évoque des baisses de plus de 50%, à 25 hl/ha contre 52 en général. Bref, au plan quantitatif, 2012 s’annonce comme une calamité. «D’autant qu’il sera impossible de se rattraper sur les prix » confie Xavier Barbet, PDG de Loron & Fils. Cela ne risque pas d’améliorer la situation économique d’un vignoble fragile.

En quelques années, le nombre d’exploitations est passé de 3500 à 2400. Il y a eu des regroupements, mais d’autres disparaissent laissant leurs ceps pourrir en terre. Le PDG de la maison Loron & Fils s’affirme très remonté face à l’immobilisme de l’INAO à ce sujet. «Ils sont fautifs, pendant longtemps, ils ont empêché le vignoble de se reconvertir et de baisser ses coûts de production par exemple en maintenant une densité obligatoire à 10 000 pieds/hectare. C’est facile de décider quand on est dans un fauteuil alors que sur le terrain des entreprises meurent. »

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.