Alain Montrozier, vigneron millavois 

0

Alain Montrozier, patron de la coopérative d’Aguessac est devenu la coqueluche des bistros. Est-il possible de faire du bon vin en coopérative ? 

montroz1

Si on boit  du côte de Millau dans pas mal de bistrots parisiens, ce n’est pas du fait que Millau est à la mode depuis son viaduc ou que les patrons sont souvent des Aveyronnais chauvins… La raison est plus prosaïque : c’est l’un des meilleurs rapport qualité-prix. Beau retournement de situation pour un vin qui fut longtemps synonyme de gros rouge vendu en vrac l’été aux campeurs des Gorges du Tarn. Même si l’Aramon avait été arraché et remplacé par des cépages plus nobles : gamay, syrah, cabernet-sauvignon, et mansois, au rythme où allaient les choses, en 1996, la coopérative des Vignerons des Gorges du Tarn était sur le point d’être liquidée.

Alain Montrozier, fils de vigneron millavois, après un passage au contrôle qualité chez Roquefort, a pris en 1997, la tête de la coopérative. Il a établi un cahier des charges bien plus strict que les conditions fixées dans le décret d’appellation. Limitation à 30 Hl/ à l’hectare et suivi des apports. Pour Alain Montrozier pas question de mélanger les parcelles. «Je contrôle toutes les parcelles durant 15 jours et les apports sont séparés.» La vinification se fait dans des cuves inox thermo-régulées, pour éviter les chocs thermiques. Le vin est ensuite stocké en fûts de chêne dans les caves ancestrales de Compeyre.

A côté des vins de la Coopé (Cuvée des Sampettes), Alain Montrozier, a créé sa propre cuvée dès 2002. La “Montrozier“ a été saluée d’un coup de cœur par le Guide Hachette 2004. Depuis, chaque millésime n’a cessé de s’améliorer. Celle de 2005 est d’une structure franche et d’une élégance rare pour un vin tournant aux alentours de 10 euros, Elevé en barriques neuves, ces tannins compensent tout à fait le bois au point de le faire oublier.  Mais attention, le gars Montrozier n’en sort pas plus de 3000 bouteilles. Avis aux amateurs, déjà les bistros se l’arrachent.

Cave des vignerons des Gorges du Tarn
Vin d’appellation côtes de Millau
12520 Aguessac
Tél : 05 65 59 84 11
Fax : 05 65 59 17 90

Vente directe toute l’année du lundi au vendredi de 8h à 12h et 14h à 18h, le samedi de 9h à 12h et de 15h à 18h

Professionnels : 06 78 36 03 26
email: scvcotesdemillau@hotmail.com

montrozier_vereLe Montrozier 2005 est une merveille d’élégance qui se perçoit déjà à sa belle couleur rubis. Ce n’est pas vin sectaire, plutôt omnisports, accompagnant sans faiblir viandes ou poissons. C’est surtout le haut de Gamme des vins des côtes de Millau.

Vins rouges
-Seigneurs de Peyreviel
Fraîcheur et liant du gamay, finesse et typicité du cabernet et aromatique de la Syrah se conjuguent harmonieusement avec une nuance de fer servadou ou mansois pour donner des vins de haute expression
Maître des Sampettes
Ce vin généreux en bouche et à la robe intense est élevé en fûts de chêne dans les caves naturelles de Compeyre. A garder en cave au moins cinq ans. Carafez avant de servir.
Vins Blancs
Peysir
Mariage de cépages chemin et mauzac qui permet d’obtenir des vins frais aromatiques et assez vifs.
Vins rosés
Seigneurs de Peyreviel
Le Gamay y est toujours dominant alors que le cabernet et la syrah donnent une touche d’élégance.

Jouer le foliaire ! 
A les regarder les vignes d’Alain Montrozier ressemblent à des lances spartiates fichées dans le sol. Dans son travail de vigneron, Alain Montrozier a un secret, c’est le foliaire. Pour 1 kg de raisin, il compte de 1,50 à 1,80 m2 de feuillage. «Surdimensionner le feuillage, c’est permettre d’avoir le meilleur capteur solaire pour développer au final les meilleurs polyphénols. Les meilleurs tanins seront-là.» Ca n’a l’air de rien, mais faire tenir des pieds haut de 2,50 m et en évitant qu’ils ne se couchent à la première bourrasque suppose un gros travail de palissage et de taille pour permettre aux pieds d’être assez forts pour résister aux vents qui s’engouffrent dans les causses.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.