Sélection de rosés pour l’été

0

tarente

Une sélection de rosés joyeux, amicaux et délicats pour oublier grèves, blocages et crue de la Seine.

Tarente 2015  – AOC Bandol :  le goût du mourvèdre
Cette Tarente qui a remplacé la Grande Réserve du Moulin de la Roque est un rosé de haute tenue. Il  se caractérise par un fort pourcentage de mourvèdre ( 82% contre 18 de cinsault). Normal, diront certains, compte tenu de l’appellation Bandol. Son nez révèle des arômes délicats de fraise, d’abricot, de poivre et de poire. Et sa bouche, fraîche comme une source découverte par une Manon «pagnolesque», n’est pas en reste. Aussi complexe que délicate, elle surprend par sa longueur. Cette Tarente pourrait bien réaliser l’accord parfait avec une véritable bouillabaisse.
Prix TTC départ cave : 14 euros
www.la-roque-bandol.com/

 

 

 

 

rose-corcellesRosé d’une Nuit 2015 – AOP Beaujolais :  nuit courte à Corcelles
C’est le rosé du Château de Corcelles de la famille Richard. Sa couleur pâle ne laisse pas imaginer un fruit aussi expressif et croquant que ce rosé – uniquement réalisé à partir de gamay – délivre en bouche. C’est joyeux comme une Saint-Vincent beaujolaise. Le vin tient son nom des nuits courtes des vendanges aussi raccourcies que le temps de macération des raisins avant pressurage et fermentation à basse température.
Prix TTC : 9,60€ dans les magasins Intercaves

 

 

 



 

 

 

 

rivaroseRivarose :  bulles méditerranéennes
Ce rosé Rivarose, plutôt tendu sur des notes de pamplemousse assez brut est produit par une auguste société provençale de Salon spécialisée depuis 1909 dans les vins effervescents.  Et il n’a rien à voir avec les mousseux pâteux d’antan. Au contraire ce Rivarose sait tendre les gencives et réveiller les papilles endormies. Et ce, dès l’apéritif.
Prix 6,40€
www.veuveambal.com/fr/boutique

 

 

 

 

 

chanzyChanzy Rosé 2015 : quand la Bourgogne égrappe la Provence…
Un rosé baptisé du nom de la Maison Bourguignonne réputée repris par le fonds d’investissement Olma. Le directeur du domaine, Jean-Baptiste Jessiaume, s’est mis en tête de réaliser un rosé provençal. Avec un domaine partenaire des côtes de Provence, il a réalisé un assemblage de 60 % de grenache et de 40 % de syrah. Produit à l’ombre de la Sainte-Victoire, ce rosé ne renie pas ses origines provençales. Toute en finesse, ses notes de pêches blanches et d’agrumes sont aussi délicates qu’une touche de pinceau de Cézanne.

Médaille d’argent au Mondial du Rosé 2016
Prix TTC : 14 € prix direct au domaine

www.domaine-chanzy.com

 

 



 

 

chauvetGrotte Chauvet 2015 – AOP Côtes du Vivarais, rosé paléo
Il a beau porter le nom du fameux site paléolithique ardéchois, ce vin n’a rien de caverneux. Il est majoritairement composé de grenache et résulte d’un pressurage direct suivi d’une macération du moût à froid de quelques heures.  Sa couleur évoque le jaune orangé d’un melon, ses arômes, un mix de pêche et de cerise. En bouche, on relève également quelques notes d’agrumes. Il sera idéal en accompagnement de cuisine asiatique telle que des crevettes thaï par exemple.
Vignerons Ardéchois
Prix  : 6,30 €

 

 

 

 

rose_brazilierAOC Côteaux du Vendômois :  Tradition 2015, domaine Brazilier :  la franchise du Pineau d’Aunis
Comme le veut le cahier des charges, c’est un 100% pineau d’aunis, ce cépage propre au vendômois. Benoît Brazilier, vigneron respecté de l’appellation, réalise un vin friand à la robe saumonée, au nez d’épice et d’ananas. Un rosé pas compliqué à la bouche ample et gourmande, idéal pour accompagner un pique-nique de copains près d’une rivière.
Prix départ cave : 5,00 euros.
www.coteaux-vendomois.com 

 

 

 

 

 

PeyrassolCommanderie de Peyrassol, AOP Côtes de Provence, rosé 2015 : un soupçon de «minéralité templière » 

Un rosé de Provence bien fait avec une sacrée brochette de cépages : cinsault (27%), syrah (22%), grenache (20% ), mourvèdre (15%), cabernet sauvignon (10%) et même du rolle & Ugni Blanc. Ce qui explique qu’il déploie au nez une flopée de notes de petits fruits rouges surmontée de notes citronnées. La bouche est dans la même tonalité, ample et croquante, avec une pointe de minéralité en finale qui pourra évoquer aux passionnés d’histoire les pierres ajustées par les moines soldats pour bâtir leur commanderie.
A partir de 10,15€ / bouteille
http://www.peyrassol.com

 

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.