Deux crémants bordelais

0

Avec 200 ha plantés sur 30 000, le crémant demeure anecdotique en bordelais. Une niche microscopique où l’on tâtonne encore dans la recherche du bon assemblage de sémillon et muscadelle. Au royaume de la machine à vendanger, la vendange manuelle impose une sacrée remise en question. Heureusement les galeries naturelles sur la rive droite de la Garonne permettent de garder les bouteilles dans de bonnes conditions. Malgré la petitesse du vignoble, on peut quand même trouver quelques bonnes cuvées.

Blanc Brut, Jean-Louis Ballarin

C’est l’un des principaux acteurs de la jeune appellation Crémants de Bordeaux (1990). Il y a des choses intéressantes comme le blanc brut de Jean-Louis Ballarin, assemblage de sémillon et de muscadelle qui peut fournir des munitions pour un apéritif pétillant.
Prix : 7€

www.cremants-ballarin.com

cremant_bordeaux_balalrin

cremant_bordeaux_cordeliers

Les Cordeliers grand Vintage 2008
Stanislas Cattiau n’a pas de vignes à lui. C’est un négociant-élaborateur basé à Saint-Emilion. Sa cuvée vintage « Les Cordeliers » est d’une rare élégance à l’œil avec un cordon de bulles très fines. En bouche, on relève une belle amplitude, des notes de fruits blancs et d’amandes. Le prix est saint-emillionnais…
Prix : 14,5 €
www.lescordeliers.com

 

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.