Les Editos Bachiques de Jean Lapoujade, scribe de Tradition du Vin

0

Dommages viticolatéraux

« Automne au tonneau ! », tel est le dicton qui fleure bon dans nos caves au mois d’octobre. ! Sitôt la vendange terminée, après la cueillette de l’ultime grappe, dame nature achève son oeuvre. Un cépage se tourne, place maintenant au travail de l’homme. Pourtant, derrière la porte close de nos chais et de nos cuviers, les viticulteurs ont le cœur aigre : la récolte 2008 ne sera pas exceptionnelle, ni en qualité, ni en quantité. Il leur faudra puiser au plus profond de leur savoir-faire ancestral pour faire frétiller nos palais aux accents d’un vin séduisant et chaleureux. Cela demandera du temps, mais surtout de nouveaux investissements donc de nouveaux coûts que nombre d’entre eux ne supporteront pas. Et ce sont encore des centaines de petits producteurs, chantres de nos papilles, qui mettront le cep sous la porte dans l’indifférence standardisée de nos technopicrates gouvernementaux, plus sensibles aux désséchages de gosier des boursicoteurs aquaphiles du crack 40 ou aux appétences de nos députés pour une carnavalesque inscription de la gastronomie française à un patrimoine mondial d’une organisation tout juste bonne à recycler, en son flasque sein, les déchets vino-inactifs de la politique terrestre.

Mais la décote des côtes, la décrue du marché des crus, n’intéressent pas ces gens là ! Nul G7 ou G8, ni même le plus petit G soif pour défendre la viticulture ! Bien au contraire, le législateur envisage de distiller quelques décrets piquettes dont il a le secret comme l’interdiction de la publicité pour le vin sur Internet ou la limitation des dégustations gratuites et de la vente de vin dans certains lieux. Du fût au canon, la colère gronde. « Aux verres citoyens ! buvons, buvons et laissons l’eau impure irriguée nos sillons ». Tel est l’hymne de la résistance qui résonne derrière nos comptoirs et dont il est, pour une fois, opportun de siffler les verres !

Retrouvez Jean Lapoujade sur www.bistrotavins.com

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.