Histoires des vignobles franciliens

0
Showing 1 of 2

Qui soupçonnerait que la vigne a longtemps prospéré à Paris et en Ile-de-France ?  Rafraîchissons les mémoires : à la chute de l’Empire romain, Lutèce et ses environs constituent l’une des plus importantes régions viticoles de la Gaule romanisée. La vigne introduite par les Romains  s’acclimate fort bien au climat parisien. Le relief en Ile-de-France avec ses collines notamment à Chaville, Issy-les-Moulineaux, Meudon et Vanves est lui aussi plutôt propice à la culture de la vigne.

Déjà vers 360, l’empereur romain Julien “Flavius Claudius Julianus” séjournant à Lutèce, dégusta le vin que l’on récoltait sur la colline de Montmartre et en fit son éloge . Lutèce était alors une des quatre capitales du vin avec Bordeaux, Narbonne et Trèves.

Au Moyen-Age, ce sont les moines qui reprirent l’exploitation des vignobles. Les abbayes de Saint-Denis vendengeaient à Nanterre et l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés à Suresnes.

Philippe Auguste donne, quant à lui, au vin d’Argenteuil son titre de noblesse en le nommant, à sa table du palais du Louvre, « meilleur vin de France ».

En 1789, peut-on lire dans l’Histoire de Paris de Alfred Fierro « les départements nouvellement créés de Seine et Seine et Oise possèdent 25000 hectares de vignobles pouvant atteindre des rendements de 150hl à l’hectare« . Les côteaux des vallées de la Seine, de la Marne et de l’Oise produisaient sur 45000 hectares un vin appelait le « vin français ». les vins français les plus esitmés étaient ceux de Vanves, Suresnes, Meudon, Clamart, Chaillot, Argenteuil, Suresnes.

Boire et manger au temps du Lutèce
lutece2Des fouilles récentes à Paris et dans le Val d’Oise ont permis de dater l’apparition du vignoble francilien. Dans la basse vallée de l’Oise, des traces de vignobles antiques ainsi qu’un pressoir ont été mis à jour.
L’exposition Boire et manger au temps de Lutèce organisée en 2006 dans les cryptes de Notre-Dame démontrent qu’à Paris, un atelier de potier fabriquait des amphores et autres récipients pour la consommation du vin. Ainsi les historiens estiment la naissance du vignoble francilien vers le II° et III° siècle après JC. « L’étude de la diffusion des amphores fabriquées à Paris montre que cette production était consommée plutôt localement ».
La mise en place des vignobles locaux dans le bassin parisien ont ainsi permis aux parissii de s’approvisionner près de chez eux alors qu’auparavant les sources d’approvisionnement du vin étaient localisées en italie et dans le Sud de la Gaule (vallée du Rhône, de la Garonne et Bordelais).

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.