Le temps des flippers dans les bistrots

0

La mode des flippers est née avec les années 30. Elle coïncidait avec la période de la prohibition. Les bars ont trouvé dans le flipper une parade pour retenir et distraire plus longtemps le client au bar. Le flipper a connu son âge d’or dans les années cinquante et ce jusque dans les années 80.

Rares étaient les bistrots qui n’exhibaient pas leurs flippers aux couleurs vives et aux graphismes tape à l’oeil. On se souvient de Ali, de Flash Gordon, de Show Boat, des majorettes et de toutes ces pin-up. A commencer par Dolly Parton. Cette poupée blonde un brin sexy , star de la country music, dessinée par Dave Christensen en 1979 pour le fabricant Bailly.

La fin des années 80 marque le déclin des flippers qui ne feront plus partie du décor de bistro. C’est d’ailleurs le premier objet qui passe à la trappe lorsque le bistro se refait une beauté. En cédant à la mode du lounge et du cosy bar le flipper est bel et bien tombé aux oubliettes. Exit donc les piliers de bistro ou la bande de jeunes ados qui entre deux consommations s’adonnaient aux plaisirs de ce jeu d’adresse. Les mains posées à l’extrémité du flipper comme on enlacerait les hanches d’une femme, le joueur fait claquer contre la vitre les billes métalliques. A lui de domestiquer cette bille. De l’amener dans des trous qui rapportent le maximum de points. De réussir ses amortis pour faire défiler un maximum de chiffres et entendre le tilt final ou double tilt annonçant le gain d’une seconde partie.

Certains imputent le déclin du flipper à l’arrivée de l’électronique. A partir de 1985, les fabricants ont créé des modèles avec des billes qui passaient sous le plateau. le joueur donnait moins de lui-même pour domestiquer cette bille. L’arrivée de l’électronique vers 1975 et avec elle un certain automatisme de la bille n’a pas séduit les puristes qui se sont détournés de l’objet. La fin des années 80 sonne le glas du flipper. Les constructeurs ont fermé les uns après les autres.
Aujourd’hui, le flipper est encore présent dans ses versions les plus modernes dans les bistrots de la capitale mais se fait de plus en rare.
Un collectif « Sauvons les cafés français », réunissant des organisations syndicales et professionnelles de la restauration et des cafés sollicite la suppression de la double taxation sur les jeux de bar (flippers, billard…) et l’autorisation des machines récréatives à mises et gains limités.
Les modèles anciens de flippers constituent aussi pour tous les passionnés des pièces de collection à part entière.

Le jeu de Bagatelle, ancêtre du flipper

Pour beaucoup, le jeu de Bagatelle serait l’ancêtre du flipper. Il s’agit d’un plateau de bois légèrement incliné avec des trous et des clous pour obstacle.
Tout comme pour le jeu du flipper la bille doit rentrer dans un trou pour marquer des points.
Particulièrement prisé à la cour de Louis XIV, on y jouait au château de bagatelle , une sorte de salon de jeux.
Le jeu s’étendit en Angleterre et aux Etats-Unis. Et c’est à ce dernier pays que l’on doit l’invention du ressort pour lancer la bille.
Le jeu prend un véritable essor au début du XX° siècle aux Etats-Unis. Mais c’est surtout grâce à Gottlieb dans les années 30 que naquit le Baffle ball.
D’abord fait pour être posé sur un comptoir, on lui rajoutera des pieds vers 1935. Il compte désormais mécaniquement les points. Il commence à envahir les lieux publics. Cette même année, un certain Harry Williams invente le tilt.
C’est en 1947 que le terme de flipper voit son apparition. Le flipper étant le doigt caoutchouté qui fait remonter la bille vers les cibles. 6500 exemplaires, elle s’appelle Humpty Dumpty.
1954 : il y a quatre compteurs on peut donc jouer à quatre joueurs. Apogée de ce flipper mécanique années 60/70.

1 2
Partager sur :

Les commentaires sont fermés.