Le prix Procope des Lumières 2014 décerné à Gérald Bronner

0

Gérald Bronner est le lauréat du prix Procope des Lumières 2014 pour son essai La démocratie des crédules (PUF) qui l’a remporté face aux deux autres finalistes Pierre Birnbaum La République et le cochon (Seuil) et Pascal Chabot Global burn-out (PUF).
Il a reçu un chèque d’un montant de 2000€ et une possibilité de se restaurer au Procope à concurrence de 2 400€ sur un an. Nul doute que cet agrégé de philosophie va devenir un fidèle du célèbre café.

prix-Procope
Ce Prix Procope des Lumières – dont c’était la 2ème édition- est destiné à récompenser l’auteur d’un essai politique, philosophique ou de société, écrit en langue française et paru en librairie pendant l’année en cours. L’ouvrage primé « doit mettre avant une réflexion nouvelle, voire polémique, sur notre temps, dans la tradition de l’esprit critique, des libertés et de l’humanisme du XVIIIème. »

Même si plus personne ne lit, toute brasserie parisienne digne de ce nom se doit d’avoir son prix littéraire. De fait l’absence de prix dans le plus vieux café de Paris (1686) qui a abrité les débats de Voltaire et des encyclopédistes, la fichait un peu mal. Les dirigeants de Groupe Frères Blanc ont donc eu la bonne idée de relancer de prix tombé aux oubliettes dans les années 90.
 D’ailleurs au Procope on ne se cachait pas d’avoir pris le train de cette tradition comme les confrères du boulevard Saint-Germain, Flore et Deux Magots, encore que le prix Lipp ne soit plus si régulier que cela.
Les mauvaises langues diront qu’un prix littéraire c’est aussi beaucoup moins cher qu’une campagne de pub et que ça peut générer plus de retours si l’on a réussi à rassembler une brochette de trombines médiatiques. C’était le cas en l’occurrence avec un jury présidé par Jacques Attali, et composé de Caroline Fourest, François de Closets, André Bercoff ou encore Roger-Pol Droit et Malek Chebel.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.