Jacques Garcia

0

garcia2

Le plus prolifique des décorateurs français – il annonce annuellement une quarantaine de créations d’aménagements sur tous les continents – accède véritablement à la notoriété en 1996, avec l’hôtel Costes. Les Costes faisaient ainsi basculer, une nouvelle fois, les grands équilibres de l’esthétique du café parisien : un peu plus de 10 ans après l’explosion de la plus importante figure du design français, Philippe Starck, auteur du premier Café Costes, ils choisissaient cette fois une option profondément décorative.

Le projet de Garcia est une merveille de réaction à la ligne claire qui règne dans les aménagements intérieurs de la période des années 90. Ici, son travail regarde plutôt du côté de la maison de passe (d’origine espagnole souligneront les spécialistes) : il accumule les velours, les éclairages louches, les spectres de couleurs sombres, les cabinets privés, les sons étouffés. Il donne aux arguments décoratifs bannis par l’orthodoxie moderne – lourds drâpés, glands, pampilles, abat-jour plissés et profonds fauteuils – une légitimité qu’ils avaient tout à fait perdus.

La démarche de Garcia marquait surtout le pas décisif dans la remise en cause du design entendu comme ivresse d’orthogonalités, de matériaux contemporains, d’éclairage violent. Il rend justice à tous ces arguments évacués pour motif de bourgeoisie décadente, de mauvais goût, d’accumulation de poussière et d’hygiène par conséquent douteuse.

Le style Garcia est l’introduction virtuose d’un éclectisme piochant dans les trois siècles précédant le XX°. Ce qui le distingue de tous ceux qui, avant ou après lui, opèrent sur le même terrain : une très grande précision et un sens du détail qui feront d’un lieu de style compilatoire une synthèse contemporaine efficace. Il est aussi un grand maître de la communication. Le style Garcia consisterait, ici encore, à ne rien abandonner au hasard en conservant une apparente légèreté : sa biographie Wikipedia est un panégyrique seulement digne d’un dossier de presse promotionnel, évidemment mise en place par ses soins. Grand style ?

Pierre Doze

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.