Dans la jungle de la Pépinière….

0

Ancré dans l’immeuble paquebot du Cercle national des armées, le café de la Pépinière demeure depuis des décennies un pivot de ce quartier grouillant du 8ème à l’ombre de l’église massive de Saint-Augustin. Son nouveau cadre empruntant à l’univers d’une jungle tropicale ne manque pas d’audace. Il en a fallu à Régis Merlin, qui a pris la gérance du café pour cinq ans pour confier la décoration à un pygmalion au look de Robert Smith des Cure plus habitué aux tournages de pub qu’aux grands cafés. Encore qu’il travaille sur un hôtel à San Francisco et un bar à cocktails à Los-Angeles.

pepiniere-perez

Andalou d’origine, Gilles Pérez de la Vega est l’artiste touche-à-tout par excellence. Sculpteur, designer, créateur de meubles uniques. Parfaitement au fait des dernières techniques de fraisage numérique, il préfigure le « décorateur » de l’avenir, par la capacité à concevoir et à réaliser un espace global avec une vision intégrant l’art mais sans  pour autant craindre de mélanger des styles. A condition d’éviter les fautes de goût.

pepiniere-salle1

pepiniere-cheneA la Pépinière, il a commencé par « casser » le corset d’acier de la terrasse pour ouvrir l’établissement sur la rue. De la première salle autour du comptoir, il a fait un lieu d’une élégance fantaisiste qui charme l’œil. On y perçoit un esprit proche de la « ligne claire » d’âge d’or de la BD belge et des éléments évoquant un Monsieur Hulot dans Playtime. Sur les murs comme des vagues ondulantes, deux parois en lattes de chêne rappelleront à certains fans les murailles d’un « Game of Thrones ».

La grande salle du fond est d’un tout autre style. Ici, on se retrouve dans une jungle qui n’aurait pas déplu au Douanier Rousseau. Au départ il fallait cacher les fresques militaires des années 20 aussi pâlottes qu’intouchables car classées. Les tentures bleues ont donné le « la » de la couleur d’un bleu plus ou moins turquoise décliné en trois tonalités – sur le velours des sièges et des banquettes. Les motifs de végétation ont été travaillés avec l’illustrateur Christophe Merlin et déclinés à la fois sur les panneaux des murs, sur la moquette réalisée en impression numérique et sur la verrière. Des oiseaux empaillés comme un paon  et un perroquet participent de cet exotisme. Enfin le palmier en plumes d’autruche est une création de Gilles Pérez qui a conçu cette sculpture avec des lianes et de la résine.

pepiniere-salle-fond

pepiniere-retro

L’ancien cadre du Café de la Pépinière

pepiniere-salle-fonComme souvent en matière d’architecture intérieure, le poste budgétaire est un secret bien gardé mais Gilles Pérez explique avoir travaillé sur un «petit budget» qui l’a obligé à faire preuve d’ingéniosité. Par exemple à garder les luminaires en ne changeant que les abats-jours, à faire une impression numérique pour la moquette, à changer uniquement les plateaux des tables ou encore à faire recouvrir les chaises de velours bleu. Mais l’audace a payé, la clientèle a rajeuni et pris ses habitudes dans cette Pépinière exotique qui a fait  germer de bonnes graines.

pepiniere-comptoir

Café de la Pépinière
6, place Saint-Augustin 75008 Paris

Tél : 01 45 22 85 00.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.