Zimmer, brasserie historique

0

Comme les Zeyer ou les Wepler, de nombreuses familles alsaciennes s’installent à Paris après la guerre de 1870 et créent des brasseries. Ce fut le cas des Zimmer.

En raison du climat germanophobe qui plane alors dans la capitale après la défaite de Sedan, certains français plus patriotes que d’autres boudent le Zimmer. C’est un journaliste du « Courrier Français » qui apaise les craintes en écrivant en 1898 que Monsieur Zimmer, propriétaire Alsacien a opté pour la France et que « les amateurs de bonne bière qui veulent concilier leur goût avec le patriotisme ne se gênent pas, ils peuvent fréquenter la brasserie Zimmer ».

Dans les dernières années du XIXe et au début du XXe siècle, la brasserie avec ses quatre étages était un grand et luxueux établissement. Outre les membres du service de restauration, le personnel comprenait dans les années 20 des pompiers, des étagères, des chasseurs, des essuyeurs, des limonadiers, des couteliers, des cavistes …

Sarah Bernhardt, Jules Verne, Richard Strauss , Gustav Mahler, Arturo Toscanini, Claude Debussy, Emile Zola, Marcel Proust, Guillaume Apollinaire, Vaslav Nijinski, Serge de Diaghiliev, Edmond Rostand, Henri de Toulouse Lautrec, Pablo Picasso, Igor Stravinski, Louis Ferdinand Céline et bien d’autres ont fréquenté cet établissement.
En 2000, le décorateur Jacques Garcia a redécoré cet endroit chargé d’histoire rendant ainsi à la place du Châtelet un des plus beaux cafés de Paris.

L’histoire de la brasserie Zimmer est depuis 1896 intimement liée à celle du Théâtre du Châtelet. Une porte secrète séparait alors la brasserie du hall du Théâtre.

« La brasserie comporte actuellement deux sous-sols mais il en existerait un troisième dont l’entrée serait murée. Durant la seconde guerre mondiale des résistants se réunissaient dans ce troisième sous-sol, une cache d’armes y aurait été aménagée. Récemment un homme âgé, habitant en Israël de passage à Paris, confirma cette histoire au propriétaire en lui expliquant avec beaucoup d’émotion qu’il avait eu la vie sauve grâce à cette cachette que même les hommes de la Gestapo n’avaient pu trouver. Malheureusement il fut incapable de retrouver le passage. Le secret demeure… « 

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.