Lipp, un café dans l’Histoire

0

Lipp et la Brasserie des Bords du Rhin

Comme d’autres de ses compatriotes alsaciens, Léonard Lipp ne se voyait pas vivre sous la houlette du Kaiser au lendemain de la guerre franco-prussienne de 1870 et de la perte de l’Alsace-Lorraine.

Il émigre à Paris et crée en 1880 au 151, bd Saint-Germain, la Brasserie des Bords du Rhin baptisée par nostalgie de son pays.*
lipp7Lipp_histo1Au menu choucroute et bière. Verlaine, Jarry, le père d’Ubu, apprécient et s’enfoncent dans les banquettes de moleskine pour suivre les débats.
Tandis que Proust à défaut de la fréquenter envoie sa Célestine y chercher de la bière. Bref, durant les vingt-cinq ans qu’il présidera aux destinées de sa brasserie, M. Lipp aura le temps de donner une réputation à son endroit.

lipp4En 1905, Lipp revend sa brasserie à un certain M. Cazé qui lui-même la revend à M. Hébrard. En 1918, lorsque Marcellin Cazes reprend l’affaire, sous la vague de germanophobie, les «Bords du Rhin » ont disparu avec la guerre, on ne parle plus que de la Brasserie Lipp.

*Par une ironie de l’histoire dont le présent témoigne encore, Lipp fait partie de ses brasseries Alsaciennes de Paris créées au lendemain de la guerre de 1870 et qui telle que Zeyer ou Wepler ont été finalement reprises par des Aveyronnais.

 

1 2 3 4
Partager sur :

Les commentaires sont fermés.