Ramponeaux, le plus célèbre des cabarétiers du XVIIIe siècle

0

Ramponeaux et le Tambour Royal

Il est un cabaretier de Paris qui a tellement marqué les mémoires de son temps, qu’il a laissé son nom à une rue de Paris. Ramponeaux. Même si on a ôté un X au nom de la rue qui porte son nom, c’est bien du même Ramponeau dont il s’agit. (1724-1802)

Son cabaret, le Tambour Royal, a fait déplacer en masse les Parisiens des Lumières. Installé à hauteur du 36 de la rue du Faubourg du Temple (qui conduisait aux hauteurs de Belleville). D’abord baptisé Cabaret des Marronniers, et déjà connu, c’est avec Ramponeaux qui le rebaptise Tambour Royal, que l’endroit va devenir vraiment célèbre pour toutes les couches de la société : soldats, courtisanes, artisans, nobles. On pouvait y voir une illustration du patron à cheval sur un tonneau qui fit écrire à un gazetier de l’époque les mots suivants :
« Voyez la France accourir au tonneau
Qui sert de trône à Monsieur Ramponeaux.»

Ramponeaux va transmettre au quartier de la Courtille un succès qui durera jusqu’en 1840. Un quartier très connu pour son carnaval baptisé descente de la Courtille.

ramponauxRamponeaux écrase les prix !

Ramponeaux eut l’idée révolutionnaire,n dans cet Ancien Régime corseté par les corporations, de « casser les prix ». Son vin n’était pas plus mauvais, mais il était bien moins cher que ses confrères. Du coup, au Tambour Royal, il y avait autant de clients dehors que dedans.

En bon entrepreneur, Ramponeaux ne s’arrêta pas au Tambour Royal. Si l’on en croit Jacques Hillairet dans son excellent ouvrage “Connaissance du Vieux Paris“, il racheta le Cabaret de la Grande Pinte (où est se dresse aujourd’hui l’église de la Trinité) en 1772 pour le rebaptiser Les Porcherons. Il y a appliqué la même politique de prix bas avec le même succès. Il vendait la pinte de vin blanc (93 cl) 3,5 sols au lieu de 4,5 ailleurs. Avec une salle capable de contenir 600 personnes, il accueillait toutes les classes de Paris, y compris des grandes dames déguisées en soubrettes venues à dessein s’encanailler avec la roture. Ramponeaux avait tellement d’entregent que Voltaire plaida sa cause dans un procès qui opposa le cabaretier à un organisateur de spectacle à qui il avait fait bond.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.