« L’heure verte » de l’absinthe sur les boulevards

0

Chaque soir vers 18h, sur les terrasses des boulevards ou sur les zincs des petits troquets, sonne “l’heure verte”. Le rituel de l’absinthe est généralisé dans les dizaines de milliers de cafés français. Comme tout culte, il a ses objets sacrés : le grand verre soufflé avec sa boule pour signer la dose exacte de l’élixir transparent, la cuillère percée et souvent ouvragée sur laquelle on dépose le sucre et ses fontaines aux fins robinets qui laissaient couler l’eau fraîche sur le sucre en troublant le liquide.

L'absinthe de Degas

L’absinthe de Degas

Le culte de la Fée Verte remplit de joie les bistrotiers riches ou pauvres car il est synonyme de clients nombreux et fidèles. La mode de l’absinthe a été ramenée d’Algérie après leur campagne contre Abdel Khader par les soldats. Ils en ont fait une boisson virile et thérapeutique.
Evidemment, les artistes de Montmartre, Toulouse Lautrec en tête, se plongent avec délices dans le cérémonial de la cuillère percée.

Mais, on dit que l’absinthe, du fait de la thuyone, toxique pour le système nerveux qu’elle contient, échauffe les sens et provoque des crises de délirium. On n’a pas besoin de ça dans les faubourgs et dans les usines. Au tournant du siècle, on l’accuse aussi d’être devenue l’une des principales causes de mortalité. C’est oublier le vitriol que l’on distille het que l’on sert dans les cabarets des faubourgs.

La Guerre de 14 et ses gigantesques besoins de sang frais va sonner la fin de la fée verte. Son interdiction sera finalement votée par la Chambre en 1915.

bistro_montmartre-586x400Cet alcool conçu à l’origine comme un médicament par un médecin de Pontarlier, le docteur Ordinaire, aura finalement connu un destin extraordinaire. Toutes les distilleries de Pontarlier ne mourront pas. Un certain Pernod saura négocier le virage et surfer sur la vague du succès de l’anisette, boisson number one du zinc français au vingtième siècle. Aujourd’hui, l’absinthe a refait surface dans certains rades.

En savoir plus sur l’absinthe

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.