Le Gallopin

0

Bulles de « champ' », mousse de bière et poudre d’or, papier fiduciaire…Ce rendez-vous des courtiers et boursicoteurs, joliment conservé, a survécu à la fin du Palais Brongniart même si l’esprit n’est plus aux folies d’antan.

Gustave Gallopin signe le 1er septembre 1876 le bail d’un débit de bières et de vin au détail. L’emplacement est stratégique. Il est situé au rez-de-chaussée d’un bel immeuble de la rue Notre Dame des Victoires en face de la Bourse.

Très vite son établissement devient le rendez-vous obligé des boursiers et courtiers en valeurs. De ses voyages en terres anglo-saxonnes, le patron ramène des idées qui font mouche. Largement influencé par son épouse, représentante d’une riche famille anglaise, les Wyborn, propriétaires de magasins d’alimentation à succursales multiples.

Ainsi, trente ans avant le Harry’s Bar, Gallopin grâce à son « Grand Bar“ en acajou de Cuba devient le premier bar anglo-américain. La porte tournante (déposée depuis pour des raisons de sécurité) venue de New York et les boiseries victoriennes ajoutent à cet esprit anglo-saxon. Même si pour célébrer le Nouveau Siècle et l’Expo Universelle, le patron fait réaliser le vitrail et la verrière – qui évoque une petite influence Art Nouveau- encore visible aujourd’hui.

Dans la première moitié du xx°siècle, Gallopin était l’établissement parisien où, après les cababrets, se consommait le plus de Champagne. Toutes les opérations financières réussies y étaient célébrées, on raconte même que  à partir de 14h00, une baignoire en zinc remplie de bouteilles de Champagne  était installée en face du Grand Bar.

Ce sera un Savoyard, Camille Aymonier, marié avec la fille d’Alfred Boullant, le grand homme des hôtels et casinos de Biarritz qui sera le premier à prendre le relais de l’affaire. Suivi par quatre autres familles dont les derniers la famille Alexandre, anciens propriétaires de Bofinger et Lapérouse


Aujourd’hui connue dans le monde entier, un Gallopin de bière représente une petite bière ( 20 cl au lieu de 25 cl pour un demi ). Cette mesure (le gallopin ou 1/2 pinte) fut créée en 1876 par Gustave Gallopin. Cette spécialité était servie dans une chope en argent,  permettant de garder la bière bien fraîche. Les fameuses chopes d’argent  trônent encore sur les étagères  …. et sont de service.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.