Bertrand de la Soujeole, évêque et vigneron

0

Voilà encore trois ans, l’étiquette de la bouteille « Cuvée de Monseigneur » ne mentait pas. Son vigneron était aussi évêque. Et son vin n’avait rien d’un vin de messe. D’ailleurs dès 2004, le sommelier de Matignon l’a servi comme « grand ordinaire ». Il faut dire qu’avec 10 ans de garde, le « Vin de Monseigneur », VDQS Malepère devenu AOP en 2007, soutenait la comparaison avec un bon pessac-léognan… Et trompait neuf dégustateurs sur dix lors de tests à l’aveugle. Seul le prix était inférieur de moitié…

AOC Malepère, Monseigneur de la Soujeole

AOC Malepère, Monseigneur de la Soujeole

Mgr Bertrand de la Soujeole, longtemps en poste au Vatican ou en mission en Afrique, est depuis 2010 le recteur de la basilique de Carcassonne. Il n’a rien du prélat replet. Plutôt le genre sec et noueux comme un cep. Il est le dernier de sa lignée à la tête du domaine familial remontant à 1740, distant d’une dizaine de km de la cité médiévale. Soit 90 ha de bois et de garrigues qui enchâssent les vignes. Ce vignoble en mosaïque est adossé au massif de la Malepère qui a donné son nom à cette appellation languedocienne. C’est celle qui se rapproche le plus du Bordeaux par son climat et ses cépages, merlot notamment. «Est-cela qui explique la noria de camions citernes immatriculés 33 que l’on voit sur nos routes à chaque vendange ? » demande benoîtement Bertrand de la Soujeole.

A côté du service de Dieu, Mgr Bertrand de la Soujeole s’est fixé un autre but dans la vie : celui de maintenir l’intégrité du domaine familial. Même si pour cela, en 2011, il s’est résolu à donner ses vignes en fermage à Gérard Bertrand. Les deux hommes sont amis et c’est désormais le négociant languedocien qui suit le domaine et vinifie «la Soujeole» dans ses chais du Domaine de l’Aigle au-dessus de Limoux. Il peut ainsi également inclure dans sa gamme languedocienne un des meilleurs malepère.

1 2
Partager sur :

Les commentaires sont fermés.