Synhorcat : Didier Chenet élu Président

0

Didier Chenet reconduit comme président confirme l’ancrage du Synhorcat à Paris et ses percées en province

L’Assemblée Générale du Synhorcat tenue le 29 juin 2011 dans les locaux de l’école de la rue Médéric a vu la reconduction de l’équipe emmenée par Didier Chenet, qui préside le syndicat depuis 2004. Le syndicat très ancré historiquement à Paris n’a jamais, selon son président, compté autant d’adhérents. On estime à 10 000 adhérents les membres franciliens. Une affaire de CHR sur deux est adhérente sur l’Ile-de-France, 90 % des syndiqués le sont au Synhorcat.

Fait nouveau, le Synhorcat commence à essaimer en province. «Ce sont des professionnels qui nous ont sollicité pour créer des branches régionales du Synhorcat. La plupart du temps, ce sont des entrepreneurs qui sont lassés des guerres intestines syndicales.» explique Franck Trouet, directeur général du Synhorcat visant explicitement les psychodrames qui ont secoué l’UMIH durant plusieurs mois.

D’où la création d’antennes régionales du Synhorcat en Languedoc-Roussillon/Paca, Nord/Normandie, Midi-Pyrénées/Aquitaine, et Rhône-Alpes/Bourgogne. Profils des nouveaux venus ? Il s’agit dit-on de  » vrais entrepreneurs à la tête d’établissements d’au moins une dizaine de salariés. »
Concernant les chaînes, le Synhorcat continue à refuser leur approche purement financière. «Notre politique c’est d’abord de valoriser l’outil, les femmes et les hommes qui y travaillent avec une vision à long terme. Nous ne sommes pas dans une logique financière à court terme mais dans une logique humaine. Voilà notamment pourquoi nous n’avons eu aucun problème pour négocier la mutuelle ou la grille de la TVA.» poursuit le DG du Synhorcat.
Réduction des redevances Sacem, rattachement du droit de terrasse au fond de commerce, mise aux normes d’accès pour les handicapés, développement et relance du titre de maître-restaurateur tels sont quelques uns des caps fixés par Didier Chenet pour les mois qui viennent.
Dans tout ce catalogue de bonnes résolutions, un nuage noir plane sur l’horizon du Synhorcat. Même si Didier Chenet n’accepte pas que l’idée de la remise en cause de la TVA à 5,5% soit périodiquement soulevée, la nomination de François Baroin au ministère de l’Economie la relance.

Le nouveau ministre de l’Economie avait, à différentes reprises, qualifié la TVA de la restauration de « très grosse niche fiscale ». Mais il est vrai que les campagnes présidentielles ont plutôt tendance à geler les décisions importantes. Et celle qui se prépare ne devrait pas échapper à la règle. C’est toujours ça de pris.

1 2
Partager sur :

Les commentaires sont fermés.