Laura Zavan : «La brasserie française est condamnée si elle ne se renouvelle pas ! »

0

zavan_1Originaire de Vénétie, Laura Zavan, parle de sa cuisine avec les intonations d’un rossignol printanier. Elle vit depuis depuis une douzaine d’années à Paris. Elle a connu ses fourneaux, – notamment au Café Bini avant de devenir styliste culinaire  de presse notamment pour Régal ou Elle. Elle a la religion de la simplicité et l’origine des produits compte plus que tout.
Elle est notamment l’auteure de My little Italy – Marabout

Que vous inspire cette vague de bistrots italiens ?
Le bistrot français devrait correspondre à la trattoria italienne, c’est-à-dire un endroit populaire et familial et sans prétention pour une nourriture quotidienne. Les trattorias n’ont habituellement pas de carte écrite et les mets servis sont traditionnels et bon marché. En France ces « bistrots italiens » incluent souvent des activités de traiteur et de vente à emporter.. L’osteria par contre se rapproche plus des bistrots à vins.

Comment vous l’expliquez-vous ?
C’est une question de coût, de goût et d’inventivité. En utilisant des pâtes, des légumes et de la bonne huile d’olive, on peut faire quelque chose de plus savoureux et nettement plus sain qu’un steak frites. L’Italie est une proposition alternative pour une nourriture plus saine. La brasserie française sera condamnée si elle ne se renouvelle pas. Aussi d’une façon générale, les matières premières coûtent moins chères chez nous. Le fait d’exploiter l’image de la cuisine Italienne pour vous vendre une mozzarella tomate qui n’a aucun goût , un vinaigre balsamique infect , un jambon sans goût et mal coupé, le faux parmesan en sachet, une d’huile d’olive qui contient 10% d’olives…. La façon dont on sert le risotto m’agace également. La plupart du temps, il est servi en accompagnement alors que c’est un plat à part. Et surtout, il est mal préparé, la plupart des fois, il est archi cuit et fini à la crème. Le client doit apprendre à faire la différence!.
Quant aux antipasti, les gens confondent, ils croient que ce sont que des légumes. Alors qu’antipasti est un terme générique qui rassemble toute une variété de préparations culinaires italiennes que l’on sert en entrée d’un repas et qu’on mange avant les pâtes. Il peut y avoir des légumes marinées à l’huile d’olive, de la charcuterie, des poissons (poulpe, anchois…) des fromages (mozzarella, copeaux de parmesan…)

zavan_2Laura Zavan a publié chez Marabout, Ma little Italy (qui a reçu le prix La Mazille International 2006 pour le meilleur livre de cuisine étrangère), dans la collection « petits plats », Mon risotto ! , Salades de pâtes , Tiramisù, Panna cotta , Petites cuillères à l’italienne et, dans la collection « Mon cours de cuisine », Les Basiques Italiens et «Les Basiques Pasta »

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.