Un nouveau décret pour un « fait maison » plus brut ?

0

L’Etat représenté par Carole Delga aura donc dû s’y reprendre à deux fois pour tenter de faire rentrer le
« fait maison » dans les faits. La secrétaire d’Etat à l’Artisanat a mis un coup de barre vers une cuisine davantage réalisée à partir de produits crus transformés sur place, c’est-à-dire non cuits ou non dénaturés par quelque procédé que ce soit.

Ainsi le nouveau décret « fait maison » devrait paraître à la fin du mois. Il devrait sérieusement revoir les exceptions autorisées jusqu’à présent. Les pâtés, terrines ou encore la pâte feuilletée devront désormais être réalisés en restaurant. Quant aux légumes crus auront-ils encore le droit d’être livrés émincés ?
Lorsque le restaurateur utilisera un produit d’une marque de renom, le plat ne pourra pas être dit « Fait maison ». Il devra préciser l’utilisation de ce produit de marque.

D’après le précédent décret de juillet 2014, la mention « les plats ‘faits maison’ sont élaborés sur place à partir de produits bruts » devait être affichée par tous les restaurateurs sur leurs cartes. Désormais, la mention ne figurera que sur les cartes des restaurants souhaitant mettre en avant le « fait maison ». Cela évitera de mettre la puce à l’oreille aux clients d’établissements servant une cuisine d’assemblage ou de préchauffage. Ce qui évitera aussi du coup aux responsables des restaurants des questions importunes….

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.