Congrès du Synhorcat du 13 décembre 2010

0

Quand le Synhorcat fait feu de tout bois

Didier Chenet n’a pas ménagé ses effets lors du congrès du Synhorcat du 13 décembre. Il avait des accents de pasteur évangéliste américain lorsque sur le ton de la repentance, il a déclaré : « on a perdu la bataille des prix » à propos de la baisse de la TVA. Mais le bon pasteur, sûr de sa foi et de celles de ses ouailles, s’est vite repris pour décliner en crescendo son catalogue de victoires et de revendications. A commencer par les 30 000 emplois créés grâce à la baisse de la TVA. Il a plaidé pour la transformation des terrasses en élément du fonds de commerce, demandé un délai dans l’application des normes de sécurité dans les hôtels ou encore une approche prudente à propos de la directive européenne fixant les allergènes à faire figurer sur les menus.

En bon orateur, il n’a pas oublié en note finale de lancer un appel à l’union aux responsables de l’UMIH et de la CPIH. « Assez de ce manque de clarté, assez de querelles d’ego », il faut « être fort et gagner la confiance des professionnels face à l’opinion publique et au gouvernement.  »
Face à ce beau discours, Frédéric Lefebvre, le nouveau secrétaire d’état au Commerce en charge du tourisme, a flatté l’auditoire rappelant ses débuts dans la vie professionnelle comme chef de rang dans une pizzeria… Mais, le ministre n’a pas promis grand chose, même s’il a souhaité la signature d’un avenant au Contrat d’Avenir sur l’investissement et confié que 2011 n’était pas un délai raisonnable pour la mise aux normes de sécurité des hôtels et plaider pour 2015. Abondant dans le sens de Didier Chenet, il a souhaité l’extension de la mutuelle à tous les salariés du secteur rappelant que dans sa récente activité d’avocat, son cabinet avait planché pour le compte du Synhorcat sur ce dossier qu’il connait donc bien… Un bon point pour le Synhorcat face à l’UMIH ?

1 2
Partager sur :

Les commentaires sont fermés.