Quand la bière attaque directement le vin

0

La nouvelle donne sur le vin et la répression n’a pas échappé à Heineken. Le géant batave entend bien profiter de cette opportunité inespérée de pousser les Français à délaisser le vin au profit de la bière pendant les repas.

«Vos clients ont peur de souffler dans le ballon, ils ne boivent plus de vins, votre produit le plus bénéficiaire se vend de moins en moins. Rien n’est perdu, il y a la bière, c’est aussi bon, ça peut rapporter et c’est moins alcoolisé et ça fait moins grossir … »

Tel est, en substance, le message que développe Heineken et sa filiale France Boissons depuis ces derniers mois avec la campagne baptisée la Bière Côté Repas. Pour mieux faire passer le message, Heineken s’était adjoint les conseils d’Olivier Poussier, meilleur sommelier du monde 2000. Passé chez l’ennemi aux yeux des vignerons, Olivier nous explique par exemple que la Georges Killan’s se caractérise « par des nuances de fruits secs et des nuances toastées révélant une bouche riche et douce à la fois. On l’aime avec le poisson et les charcuteries fumées, le rôtie de bœuf, fromages fruités et desserts caramélisés.“

Evidemment Heineken ne met pas en avant de la bière de hooligans en canette, mais des bières haut de gamme telles que la Wieckse Witte, l’Affligem, la George Killian’s ou encore la Pelforth Brune en bouteilles de 75 cl, avec des formes et des robes aussi aguichantes que des bons petits crus : «Dans une bouteille de 75 cl, on ne dépasse pas la limite explique la chef de produit chez Heineken, à deux verres de 18 cl de bière à 4,5° on est encore dans les limites.»
D’ailleurs, rien ne manque à l’argumentaire qui commence par recourir aux Egyptiens qui accompagnaient de bière le repas quotidien…

Est ce que ça prend ? «C’est un produit qui marche très bien dans les points de vente qui ont envie d’être différents.» expliquait-on chez Heineken. Car la Bière côté Repas visent quand même des endroits assez « chics ». Car on l’aura bien compris tout l’objet de la campagne d’Heineken c’est de transformer la bière ne produit de haut de gamme. Las ! Revenir sur 2000 ans de culture du vin, au pays qui arrive en tête pour la consommation individuelle de vin et en queue de peloton pour la consommation de bière ne se fait pas en un jour.

Et puis, il y a la marge pour le bistrot ? A entendre les gens d’Heineken, la culbute serait presque aussi belle que le vin…Quand la Gorges Killian est servie à table à 9 ou 10€, le bistro l’aura payé 2,70€.
De quoi décider les patrons à pousser à la bière. Hélas, deux ans après le lancement, on ne peut pas dire que la campagne ait convaincue beaucoup de bistrots. «J’étais volontaire mais je me suis senti tout seul. C’est très bien leur campagne, mais ils ne nous aident pas à vendre la bière. Parfois je pense vraiment qu’on dirait qu’ils (Heineken et autres France-Boissons) se moquent de vendre de la bière. » explique Michel Bessière, patron du Wepler. Venant du patron d’une brasserie comme Wepler c’est une presque une mise en bière…

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.